Publié

Séisme au NépalEnseveli durant 82 heures, il a «bu son urine»

Les secouristes ont finalement retiré l'homme des décombres, d'où il appelait désespérément ses proches.

Hagard et maculé de boue, Rishi Khanal (photo) a été emmené à l'hôpital.

Hagard et maculé de boue, Rishi Khanal (photo) a été emmené à l'hôpital.

Keystone

Enseveli pendant 82 heures sous les ruines de son hôtel de Katmandou après le séisme qui a frappé le Népal, Rishi Khanal savait qu'il ne lui restait qu'une chose à faire pour survivre: boire son urine.

Après de longues recherches, les secouristes français et népalais ont finalement retiré mardi 28 avril le jeune homme de 28 ans des décombres d'où il appelait désespérément ses proches. Hagard et maculé de boue, Rishi Khanal a été emmené à l'hôpital où on ne lui a trouvé qu'une blessure à la jambe.

Jambe coincée

Son beau-frère Purna Ram Bhattarai a décrit mercredi comment Rishi était resté bloqué, la jambe piégée sous les décombres, alors que le tremblement de terre tuait plus de 5000 personnes dans le pays.

«Il a dit que les murs se sont subitement effondrés, et qu'il ne pouvait rien faire. Sa jambe était coincée», a raconté Purna Ram Bhattarai, alors qu'il attendait que son beau-frère sorte de la salle d'opération de l'hôpital Tribhuwan.

«Il a dit qu'il avait tellement soif qu'il avait commencé à boire sa propre urine, il n'y avait rien d'autre à faire» a poursuivi Purna Ram Bhattarai.

«Comme une deuxième vie»

Enseveli sous les ruines de l'hôtel, le jeune homme a réussi à appeler son beau-frère avec son téléphone portable, gardant assez de batterie pendant les deux premiers jours.

«'Je suis bloqué', me disait-il, mais dans la panique il avait oublié le nom de l'hôtel», a déclaré son beau-frère. Une fois son portable déchargé, ses proches l'ont cherché désespérément dans les hôpitaux surpeuplés et les chambres mortuaires de la capitale.

«C'est la bonne fortune qui l'a sauvé. C'est comme une deuxième vie. A part lui, tout le monde est mort», a dit Purna Ram Bhattarai. Père d'un petit enfant de six mois, Rishi «était conscient quand il a été sauvé, il a dit 'Oh, merci mon Dieu'».

A l'image de milliers d'autres jeunes Népalais, Rishi Khanal comptait s'envoler dimanche pour Dubaï pour travailler dans la restauration rapide. «Il était plutôt en bonne santé quand il a été retrouvé», a constaté le directeur de l'hôpital, Parashu Ram Koirala, «il a beaucoup de chance d'être vivant».

(AFP)

Votre opinion