Entre «Horizon» et «Gran Turismo», «Grid Legends» joue des coudes
Publié

Jeux vidéoEntre «Forza Horizon» et «Gran Turismo», «Grid Legends» joue des coudes

Un mode narratif, une pléthore de circuits et de véhicules, du multi à gogo, des parcours à aménager à sa guise… Le cinquième «Grid» du nom embrasse sans mal étreindre.

par
Jean-Charles Canet

«Grid Legends». La bande-annonce du nouveau jeu de Codemasters.

YouTube/Grid

À quelques jours de l’arrivée du plus ambitieux «Gran Turismo» que la PlayStation ait enfanté (le numéro 7), Codemasters s’apprête à lâcher dans la nature, ce vendredi 25 février sur la plupart des plateformes disponibles, un nouveau «Grid» (le cinquième), modestement titré «Grid Legends». On ne qualifiera pas l’événements de choc frontal, tant les deux franchises chassent sur des terrains différents. Le premier est une célébration de la passion automobile axée sur le respect des marques, leur histoire et le réalisme, l’autre est une invitation au plaisir de la conduite dite arcade, ce qui n’exclue pas une certaine ambition.

Les quelques heures que nous avons déjà pu passer sur les nombreux circuits proposés (sur une console dernière génération) avec «Grid Legends» ont été concluantes. Le savoir-faire du studio britannique Codemasters n’est plus à démontrer.

L’ascension du rookie

La particularité de cet opus est d’initier le pilote en lui proposant un mode histoire. Le rookie que nous sommes doit prouver ses capacités avant d’avoir l’opportunité d’intégrer une écurie dans une mauvaise passe car en panne de pilotes à même de rapporter des coupes. Entre deux courses, des séquences vidéo (nourries par des acteurs professionnels, dont Ncuti Gatwa que les amateurs de la série Netflix «Sex Education» reconnaîtront aisément) viennent nourrir la narration, une ascension ponctuée de conflits. C’est plutôt propre,  correctement filmé et doublé en français même si la synchronisation labiale pique clairement les yeux. Sur cet aspect du jeu, on regrette qu’il ne permette d’accéder à la version originale autrement qu’en changeant la langue de la console, impliquant  un fastidieux redémarrage, pour se retrouver avec des dialogues non doublés et donc plus convaincants mais avec l’unique option de sélectionner des sous-titres en anglais.

Le nerf de la guerre n’en reste pas moins la conduite pure et ce «Legends» rempli largement son office dans les limites d’un choix de gameplay dans lequel Codemasters excelle: immédiatement accessible, spectaculaire, procurant d’excellentes sensations, renforcé par la diversité des épreuves, des véhicules et de leurs comportements.

Toujours intergénérationnel

Côté technique, «Grid Legends» est clairement un jeu soigné. Ses graphismes sont honnêtes et convenables sur les consoles de précédentes générations et bénéficient de raffinements bienvenus sur les Xbox Series et sur la PlayStation 5. Dans une situation actuelle toujours marquée par une pénurie mondiale de consoles nouvelle génération, le prolongement de la période intergénérationnelle était attendu.

Reste à déterminer si «Grid Legends» trouvera la place qu’il mérite entre les deux énormes exclusivités qui dominent actuellement le marché, soit les «Forza Horizon» sur plateformes Xbox, pour les amateurs de conduites en monde ouvert, et un «GT7» qui fait déjà crisser ses pneus sur la ligne de départ sur PlayStation. Compte tenu de son positionnement, ce ne sera sans doute pas une partie de campagne pour Codemasters mais sa générosité en termes de contenus devrait lui permettre de jouer des coudes en tant que solide challenger.

Pour notre part, modérément enthousiaste à la veille de son installation (sur Xbox Series X), on a été graduellement gagné par les excellentes sensations que nous a procuré ce dernier-né, par la diversité des contenus proposés ainsi que par la capacité du jeu à nous tenir en haleine sur le rebord du canapé. 

Votre opinion

1 commentaire