Football - Entre Xamax et Stade-Lausanne, le grand déséquilibre des motivations
Publié

FootballEntre Xamax et Stade Lausanne, le grand déséquilibre des motivations

Neuchâtelois et Vaudois ne se trouvaient pas sur le terrain pour les mêmes raisons lundi soir. Derrière la décontraction du SLO, Xamax transpire malgré ses progrès.

par
Florian Vaney

Honneur à Stade Lausanne-Ouchy. Avec une question. Les Stadistes ont-ils réalisé un immense coup de bluff en parlant de volonté de promotion depuis l'automne dernier? Sans doute que non, d'accord. Mais tout de même, la Super League paraît énorme pour le petit nouveau de la Ligue nationale, encore si jeune dans son développement. De gros efforts ont été consentis ces derniers mois, mais le SLO ne peut en rien comparer ses structures, l'entourage de sa première équipe, sa pyramide de formation aux autres clubs de l'élite. Et c'est logique.

Quoi qu'il en soit, certains discours et la baisse de régime sur le terrain depuis quelques semaines laissent à penser que, au fond, les Lausannois ne lorgnaient pas tant que ça du côté de la Super League. C'est en tout cas une interprétation de ce sentiment que l’envie est moindre récemment, que ce feu sacré qui les animaient a un peu perdu de sa superbe. Si bien que dans la grande balance des motivations au moment de recevoir NE Xamax lundi soir, le SLO n'avait pas grand-chose à opposer aux Rouge et Noir.

Des contrats et de la fierté

En réalité, c'est un peu exagéré de le dire de cette façon. Pour plusieurs raisons.

La première, c'est que la plupart des joueurs stadistes devaient faire valoir une ambition personnelle. Plusieurs éléments arrivent en fin de contrat à la Pontaise et certains dossiers ne sont probablement pas encore clairs aux yeux des dirigeants du club.

La deuxième, c'est cette volonté d'exister, malgré l'intérêt extérieur un peu léger qui lui est porté. Le SLO n'est pas un grand club historique, mais il a mérité de figurer parmi les 15 meilleures équipes du pays, et il doit lutter chaque semaine pour le faire entendre.

Et la troisième, c'est que les hommes de Meho Kodro ne semblaient pas opposés à l'idée de faire valoir leur supériorité romande (deux victoires et deux nuls au final cette saison contre Xamax), quitte à couler les Neuchâtelois.

On en vient donc à Xamax, dont le match nul obtenu (1-1) n'est pas forcément flatteur lorsqu'on se réfère à cette même balance des motivations. C'est simple, le club de la Maladière est poussé par une chose: le risque de tout perdre en quittant le monde professionnel en cas de relégation. Ça vous situe la mission. Dès lors, expliquer le score de parité de lundi soir, c'est se rendre compte de la différence de qualité entre les deux effectifs, à l'avantage évident des Vaudois.

Les cartes du maintien, oui - La marge de manœuvre, non

Loin de ce constat, il y a un autre regard à porter sur les Xamaxiens. Est-ce la prise de conscience de la situation? Le supplément de hargne de certains anciens? Simplement la montée en puissance d'un projet d'équipe? Dans tous les cas, NE Xamax donne des signaux de vie rassurants, là où certains de ses performances passées auraient pu le faire passer pour un futur relégué en puissance.

Cela part de sa ligne offensive, qui commençait sérieusement à inquiéter il y a un mois (quatre matches sans trouver la faille). Les Rouge et Noir sont passés par des périodes où ils avaient toutes les peines du monde à se créer des occasions, ce n'est absolument plus d'actualité. On peut leur reprocher leurs lacunes à la finition, mais parvenir à se créer une dizaine d'occasions sérieuses en 90 minutes, c'est signe qu'ils ont en leur possession les cartes du maintien.

Plus de questions que de réponses

Réduire cet état de fait à un avènement des attaquants serait malvenu. C'est un peu étonnant, mais l'homme qui montre la voie depuis deux matches se nomme sans doute Nicky Beloko. La tuile, c'est que le jeune milieu de terrain (21 ans) sera suspendu vendredi pour la réception de Grasshopper, pour avoir ajouté un peu trop de fougue dans son jeu lundi. Le demi a dépassé les bornes, c'est vrai, mais son «sacrifice» ne sera pas vain s'il a servi à montrer l'exemple.

Toujours est-il qu'à trois jours du choc des équipes meurtries (GC est toujours leader, mais vient de perdre trois matches de suite), plusieurs points d'interrogation recouvrent le ciel xamaxien. Ce système à trois attaquants (et deux latéraux qui ne se contentent plus uniquement de défendre), qui a fait ses preuves contre Stade Lausanne pourrait-il être reconduit dans un contexte différent et sur le synthétique de la Maladière? Comment composer un milieu qui tienne la route quand Migjen Basha et Freddy Mveng évoluent derrière et Nicky Beloko en tribunes? Xamax est-il en mesure de rééditer son exploit du 3 avril dernier (victoire 1-4 au Letzigrund)?

Derrière ces trois questions s'en terre une seule: Neuchâtel est-il mûr pour assurer son maintien?

Pour les détails du match, cliquez ici.

Votre opinion