Actualisé 04.05.2020 à 12:05

Success storyEntrepreneuse à 12 ans: ses masques sont devenus... viraux

A la base, cette jeune écolo du Doubs fabriquait des savons et des produits ménagers. Avec la pandémie, elle se concentre sur sa machine à coudre.

par
Evelyne Emeri
Evane Vermeire a commencé par fabriquer des savons solides pour la vaisselle. Aujourd'hui, elle se concentre sur sa machine à coudre et la production de masques en tissu.

Evane Vermeire a commencé par fabriquer des savons solides pour la vaisselle. Aujourd'hui, elle se concentre sur sa machine à coudre et la production de masques en tissu.

Famille Vermeire

La main verte et la fibre écolo, c'est de famille chez les Vermeire, qui vivent à Seloncourt (Doubs/F) à un jet de la frontière jurassienne. L'année passée, Evane, 12 ans, se lance dans la fabrication de savons solides pour la vaisselle, de produits ménagers, de lingettes, de lessive, de sacs, de shampoings. Le tout est vert, autrement dit, à base de produits exclusivement naturels. Mais l'entrepreneuse en herbe veut plus: sa propre entreprise et des prix tout doux.

Offert au personnel exposé

C'est grâce à sa maman, Clémence, qu'elle a pu monter son projet. Elle crée une page Facebook, Vert Dur'able et une boutique en ligne. Vert Dur'able est ainsi statutairement au nom de sa mère. Pour le reste, l'ado française s'organise parfaitement bien. Il n'y a qu'à faire un détour sur sa page FB pour comprendre le fonctionnement exemplaire et ultra mature de la toute jeune fille.

Le coronavirus l'a très vite interpellée, en particulier la pénurie de masques pour les personnes à risques. Alors, elle sort la machine à coudre, cherche du tissu, des élastiques et passe à la fabrication. Evane a conçu 157 masques pour adultes et enfants. Elle en a également offert un au personnel exposé professionnellement (infirmière, caissière, facteur, livreur, éboueur, etc), qui prend des risques pendant cette crise. Et les a livrés à vélo. Dimanche, elle annonçait qu'elle stoppait la production, les magasins et les pharmacies ayant pris le relais.

5 euro la pièce

Sa success story sur les réseaux sociaux flambe, ses masques sont devenus... viraux. Et la voilà motivée à poursuivre l'aventure. Ce lundi, elle informe ses followers que «C'est reparti! J'ai finalement remis ma machine en marche, pour pouvoir vous faire plaisir. Je coudrai chaque jour environ 5 masques (après l'école à la maison), les délais seront donc un peu plus longs.» Pour en obtenir un, c'est 5 euro la pièce.

Evelyne Emeri

evelyne.emeri@lematin.ch

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!