Publié

FootballEquipe de France - Fekir: finalement les Bleus (PAPIER GENERAL)

Par Yann BERNAL Paris, 10 mars 2015 (AFP) - L'attaquant lyonnais Nabil Fekir a finalement choisi la France comme nationalité sportive, après plusieurs jours de conjectures et d'annonces contradictoires, et s'offre comme une arme supplémentaire à des Bleus, cependant sans garantie.

"La France, c'est mon choix": le Franco-Algérien de 21 ans, révélation de la saison en Ligue 1, a donc mis fin au suspense mardi dans L'Equipe. "J'ai déjà été appelé une fois en Espoirs. Il y a donc une certaine logique à ce qu'après les Espoirs mon ambition soit de rejoindre la grande équipe de France. L'Algérie est une partie de mon coeur, la France aussi". Cette décision intervient après moult atermoiements. Vendredi, son nom était apparu dans une liste élargie de joueurs préconvoqués par le sélectionneur de l'équipe d'Algérie, Christian Gourcuff, pour un stage au Qatar fin mars. Il était alors question d'un coup de téléphone entre le sélectionneur et le joueur. Mais ce dernier, sur son compte Facebook et le site de l'OL, avait dans la soirée nié tout choix définitif. Nouveau rebondissement le lendemain: le président de la Fédération algérienne (FAF), Mohamed Raouraoua, assurait que Fekir avait "effectivement appelé Gourcuff au téléphone pour lui faire part de sa décision de jouer pour l'Algérie". Et dimanche à l'issue du carton lyonnais à Montpellier (5-1), Bernard Lacombe, conseiller du président de l'OL Jean-Michel Aulas, prenait la parole devant les journalistes: "Nabil m'a appelé pour me dire: J'ai changé d'avis, je reste pour l'équipe de France ". Concernant le fameux coup de fil à Christian Gourcuff, Fekir a dit mardi: "Oui, je l'ai appelé pour lui dire que mon choix n'était pas fait. Je n'aurais pas dû l'appeler. J'ai commis une erreur. J'avais un peu la pression, en fait". "Mon père aurait aimé me voir jouer pour l'Algérie, précise-t-il. Mais c'est moi le joueur, c'est moi qui suis sur le terrain. Ce sera l'équipe de France et ça ne changera plus ! Je suis très attaché à cette équipe." S'il assure que son choix est définitif, c'est parce que la France ne dispute que des matches amicaux jusqu'à l'Euro-2016 à domicile et qu'il pourra donc théoriquement encore revêtir le maillot algérien. Le choix pour la France a été aussi motivé par une discussion avec le sélectionneur des Bleus: "Je me suis entretenu avec Didier Deschamps, qui s'est montré très convaincant. Il m'a dit qu'il comptait sur moi, que j'étais un joueur intéressant. Il y a une échéance importante qui arrive, l'Euro-2016. J'ai très envie d'y participer". Milieu offensif ou attaquant, axial ou ailier, Fekir présente un profil polyvalent séduisant pour les Bleus, en raison aussi de sa capacité à se montrer décisif, démontrée en Championnat pour sa deuxième saison seulement chez les pros (11 buts, 7 passes décisives, 5 penalties obtenus). Le Lyonnais, très vif dans les petits espaces, sait éliminer ses adversaires et faire preuve d'altruisme. Et il a encore, à 21 ans, une belle marge de progression. Mais si le joueur a reçu une préconvocation pour les matchs amicaux face au Brésil et au Danemark (26 mars au Stade de France et 29 mars à Saint-Etienne), rien ne garantit pour autant sa présence dans la liste annoncée le 19 mars. Dans l'entourage de Didier Deschamps, on parle de "communication déplorable" et on assure à l'AFP que le sélectionneur n'apprécie pas qu'un joueur dévoile les échanges qu'il a pu avoir avec lui. Le patron des Bleus, jaloux de son indépendance, se veut insensible voire hostile à toute forme de pression. Il possède aussi une palette garnie dans le secteur offensif, avec Benzema et Giroud en pointe, Valbuena incontournable en meneur ou à droite, Griezmann qui s'installe peu à peu, et en second rideau les Rémy, Payet, Gignac et Lacazette. ybl-nip/chc

(AFP)

Votre opinion