Publié

AutoERC/Tour de Corse - Bouffier (Peugeot 207) étoffe son palmarès (COMPTE RENDU)

Le Français Bryan Bouffier (Peugeot 207) a étoffé son palmarès déjà conséquent en remportant samedi le 56e Tour de Corse automobile, 5e manche du Championnat d'Europe des rallyes (ERC), devant le Tchèque Jan Kopecky (Skoda Fabia), toujours leader du championnat.

C'est la deuxième grande victoire internationale de Bouffier, 34 ans, ex-champion de France et de Pologne des rallyes, après le Rallye Monte-Carlo du Centenaire remporté en 2011 alors qu'il comptait pour l'IRC, le Challenge intercontinental des rallyes (qui a fusionné cette année avec l'ERC). Le Français, 2e vendredi soir à trois secondes de Kopecky, après les six premières spéciales, a parfaitement géré la journée de samedi, signant quatre temps scratch en cinq épreuves chronométrées. Son avance sur le Tchèque est passée de 13 à 39 secondes dans la 11e et dernière spéciale, le moteur de la Skoda ne tournant plus que sur trois cylindres. Le podium a été complété par son compatriote Stéphane Sarrazin (Mini Cooper), ex-champion de France des rallyes, comme lui. Pilote Toyota en endurance, Sarrazin n'a terminé qu'avec trois secondes d'avance sur l'Irlandais Craig Breen (Peugeot 207), 4e alors qu'il avait mené le début du rallye en signant les trois premiers temps scratch. Pour l'anecdote, François Delecour (Peugeot 207), 50 ans, a pris la 5e place vingt ans après sa victoire lors du Tour de Corse 1993, devant le jeune Julien Maurin (Ford Fiesta) qui pourrait être son fils. Le meilleur Corse a été Jean-Mathieu Leandri, dans une autre Peugeot 207, mais il a dû se contenter de la 8e place derrière l'Autrichien Andreas Aigner, vainqueur de la catégorie Production dans sa Subaru Impreza. Bouffier, battu d'une demi-seconde par Kopecky au Jänner Rallye, en ouverture du championnat, avait ensuite dû faire l'impasse sur le rallye des Açores à cause d'un problème moteur à la fin des reconnaissances. Grâce à cette victoire, le Français grimpe dans le trio de tête du championnat ERC, mais encore loin de Kopecky, leader détaché grâce à trois victoires (et une 2e place) en quatre manches disputées, et de Breen, monté trois fois sur le podium. dlo/bvo

(AFP)

Votre opinion