Turquie: Erdogan accuse la Haye des crimes de Srebrenica

Actualisé

TurquieErdogan accuse la Haye des crimes de Srebrenica

Le président turc impute aux Pays-Bas le massacre de «plus de 8000 musulmans» à Srebrenica, enclave qui était sous la protection des Casques bleus néerlandais en juillet 1995.

1 / 72
La justice turque a demandé mercredi l'arrestation du journaliste exilé en Allemagne Can Dündar. (5 décembre 2018)

La justice turque a demandé mercredi l'arrestation du journaliste exilé en Allemagne Can Dündar. (5 décembre 2018)

Keystone
Le Parlement turc a adopté une nouvelle loi «antiterroriste» controversée qui reprend plusieurs mesures de l'état d'urgence mis en place après le putsch manqué de juillet 2016 et aboli il y a une semaine. (Mercredi 25 juillet 2018)

Le Parlement turc a adopté une nouvelle loi «antiterroriste» controversée qui reprend plusieurs mesures de l'état d'urgence mis en place après le putsch manqué de juillet 2016 et aboli il y a une semaine. (Mercredi 25 juillet 2018)

AFP
Berlin a demandé des explications à Ankara après la fermeture soudaine d'une école allemande dans la ville turque d'Izmir. (Samedi 30 juin 2018)

Berlin a demandé des explications à Ankara après la fermeture soudaine d'une école allemande dans la ville turque d'Izmir. (Samedi 30 juin 2018)

AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a lancé mercredi une nouvelle attaque violente contre les Pays-Bas en leur imputant la responsabilité du massacre de Srebrenica, et l'Europe, où «l'esprit de fascisme est débridé».

Les Pays-Bas «n'ont rien à voir avec la civilisation, ni avec le monde moderne. Ce sont eux qui ont massacré plus de 8000 Bosniens musulmans en Bosnie-Herzégovine lors du massacre de Srebrenica», enclave qui était sous protection de Casques bleus néerlandais, a déclaré M. Erdogan lors d'un discours.

Quelque 8000 hommes et garçons musulmans avaient été tués par les forces serbes de Bosnie à Srebrenica en l'espace de quelques jours de juillet 1995. Il s'agit de la pire tuerie commise en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.

Falsification nauséabonde

Une histoire qui continue de hanter les Pays-Bas, où une enquête avait entraîné la démission du gouvernement en 2002 et où, en septembre 2013, après un jugement d'un tribunal néerlandais, le pays était devenu le premier Etat au monde tenu pour responsable des actes de ses soldats sous mandat de l'ONU.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avait qualifié mardi de «falsification nauséabonde de l'Histoire» une première sortie de M. Erdogan sur le massacre de Srebrenica.

Très remonté après l'annulation de plusieurs meetings électoraux de ses partisans en Allemagne et le refus des Pays-Bas d'autoriser ses ministres à participer à de telles réunions, il a encore affirmé que «l'esprit de fascisme est débridé dans les rues de l'Europe».

Dénonçant le traitement selon lui discriminatoire réservé aux minorités ethniques et aux musulmans en Europe, il a affirmé dans une allusion aux nazis que «les juifs avaient été traités de la même manière par le passé».

(AFP)

Ton opinion