Turquie: Erdogan évoque une levée de l'état d'urgence

Publié

TurquieErdogan évoque une levée de l'état d'urgence

Le président turc songe à mettre fin à l'état d'urgence, en place depuis 2016, après les élections présidentielle et législatives.

Les élections présidentielles et législatives auront lieu le 24 juin prochain en Turquie.

Les élections présidentielles et législatives auront lieu le 24 juin prochain en Turquie.

AFP

L'état d'urgence, instauré en Turquie après le putsch manqué du 15 juillet 2016, «pourrait» être levé après les élections présidentielle et législatives du 24 juin, a déclaré jeudi le président Recep Tayyip Erdogan. Jusqu'à présent, M. Erdogan assurait que ce système d'exception ne serait levé qu'une fois la menace «terroriste» entièrement éliminée en Turquie.

«Après les élections, nous discuterons en détail de l'état d'urgence, et il pourrait être question de le lever», a affirmé le président turc, lors d'une interview télévisée diffusée tard jeudi. M. Erdogan briguera le 24 juin un nouveau mandat à la tête du pays, avec des pouvoirs largement renforcés par l'entrée en vigueur d'une réforme constitutionnelle adoptée par référendum en avril 2017.

L'état d'urgence a été instauré en Turquie le 20 juillet 2016, quelques jours après une tentative de coup d'Etat, imputée par les autorités au prédicateur Fethullah Gülen et ses partisans. M. Gülen, installé aux Etats-Unis depuis une vingtaine d'années, dément vivement toute implication.

Un état d'urgence critiqué par l'opposition

Les autorités ont lancé une traque sans merci contre les putschistes présumés et plus de 2.000 personnes ont déjà été condamnées dans des procès liés à la tentative de coup d'Etat, dont plus de 1.500 à la prison à vie, a annoncé jeudi le ministre turc de la Justice, Abdülhamit Gül.

Plus de 50.000 personnes ont été arrêtées et plus de 140.000 limogées ou suspendues dans le cadre des purges menées sous l'état d'urgence, renouvelé tous les trois mois depuis son instauration.

L'opposition est extrêmement critique de ces purges, accusant M. Erdogan de les utiliser pour faire taire toute voix critique. La levée de l'état d'urgence est ainsi l'un des principaux thèmes de la campagne du principal parti d'opposition, le CHP, dont le candidat à la présidence, Muharrem Ince, connaît un succès qui pourrait mettre en difficulté l'actuel chef de l'Etat.

Pour Erdogan, une opération dans le nord de l'Irak est possible «à tout moment»

La Turquie peut lancer une opération contre les bases arrières de la rébellion kurde du Partis des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l'Irak «à tout moment», a déclaré jeudi le président Recep Tayyip Erdogan. Ankara évoque régulièrement la possibilité d'y lancer une offensive transfrontalière, sur le modèle de deux opérations militaires menées contre le groupe Etat islamique (EI) et des rebelles kurdes dans le nord de la Syrie depuis 2016. Mais le ton semble monter à l'approche des élections du 24 juin, tandis que la dernière offensive menée contre une offensive kurde syrienne a joui d'une forte popularité. Le ministre de l'Intérieur a ainsi déclaré lundi qu'une opération n'était plus qu'une «question de timing».

(AFP)

Ton opinion