Football: Eric Sévérac: «On l’avait annoncé, on voulait tout gagner»

Publié

FootballEric Sévérac: «On l’avait annoncé, on voulait tout gagner»

Servette a réussi son objectif de réaliser un sans-faute dans cette première partie de championnat. L’entraîneur genevois fait le bilan avant la trêve hivernale.

par
Florian Paccaud
(Yverdon)
Servette a remporté le derby face à Yverdon (photo d’archives).

Servette a remporté le derby face à Yverdon (photo d’archives).

20min/Marvin Ancian

10 matches, 10 victoires, 30 buts marqués, 5 encaissés. Une place de leader avec six points d’avance sur Zurich. Eric Sévérac avait de quoi être fier de ses troupes, après la victoire samedi dans le derby contre Yverdon lors du dernier match de l’année (2-0). L’entraîneur grenat peut se tourner vers 2023 avec sérénité, même s’il sera privé de Malena Ortiz et Marta Peiro. Interview. 

Eric Sévérac, quelle est votre réaction après cette victoire?

Je vais surtout retenir ces dix victoires en dix matches, plutôt que la rencontre d’aujourd’hui (ndlr: samedi). On a fait une très bonne entame, avec 30 minutes intéressantes. Mais j’avoue que la dernière heure était assez insipide. On avait les trois points, il faisait froid, c’était moins bien.

Avec ce sans-faute, on peut dire que vous avez vécu une première moitié de saison idéale, non?

On avait annoncé la couleur, on voulait tout gagner cette année. On est sur la bonne voie. On a réalisé de très grands matches, notamment contre Grasshopper et Zurich. Mais ce n’est pas toujours facile de se motiver chaque week-end, contre des équipes qui refusent souvent le jeu et sont regroupées derrière. Il a fallu qu’on soit à chaque fois meilleur et plus concentré. C’était un beau challenge, et on l’a réussi!

Sur quel point Servette a-t-il surtout progressé durant ce premier tour?

Au niveau de la cohésion, de notre projet de jeu. Avec les nouvelles recrues, l’idée était de construire une équipe qui puisse être efficace au deuxième tour. Sur les dix matches de championnat et les deux de Coupe, tout le monde a eu sa chance, a pu montrer ce qu’il était capable de faire. Ce printemps, on devra encore perfectionner les automatismes, surtout offensivement. On se créé beaucoup d’occasions mais on pêche des fois à la conclusion. Défensivement, on est bien en place, on concède rarement beaucoup d’occasions ou de tirs. L’équipe est prête pour 2023.

«L’équipe est prête pour 2023»

Eric Sévérac, entraîneur de Servette Chênois Féminin

Huit nouvelles joueuses sont arrivées cet été. Comment est-ce que cela se passe?

Une fois passé le premier cap de la concurrence, il y a vraiment quelque chose qui s’est mis en place. Tout le monde comprend son rôle et sait qu’il sera important cette saison.

Vous avez un effectif plus fourni que l’année dernière, mais vous jouez moins de matches. La gestion du vestiaire n’est pas trop compliquée?

On ne joue pas la Ligue des championnes, mais, durant les trêves internationales, on profite de l’absence de certaines joueuses – neuf la dernière fois - pour disputer des matches amicaux. On a affronté Montpellier, Côme, ce qui nous permet de donner du temps de jeu et des adversaires intéressantes à celles qui ont habituellement moins de temps de jeu. On a réussi à faire en sorte que chaque joueuse se sente concernée.

«On a réussi à faire en sorte que chaque joueuse se sente concernée»

Eric Sévérac

Servette à l’habitude de se renforcer à la trêve hivernale, pour offrir un temps d’adaptation à ses nouvelles recrues. Des arrivées en prévision?

Il y a deux pistes. La première est de prendre des jeunes de chez nous. Deux membres des M19 devraient nous rejoindre. Mais avec la blessure de Malena Ortiz qui sera absente des terrains pendant près d’une année (ndlr: rupture du ligament croisé antérieur) et le départ pour maladie de Marta Peiro, il va peut-être falloir penser à recruter.

Marta Peiro doit arrêter?

Son traitement contre l’endométriose ne fonctionne pas, avec tous les efforts physiques qu’elle doit fournir au foot. Donc elle doit mettre sa carrière entre parenthèses pendant en tout cas six mois. Voire plus.

Ton opinion