Publié

GenèveEric Stauffer est jugé pour violation de secret de fonction

Le député MCG Eric Stauffer a comparu mercredi devant le Tribunal de police de Genève. Il est accusé de violation du secret de fonction à l'époque où il siégeait au conseil d'administration des Services industriels de Genève.

Eric Stauffer est accusé d'avoir publié en octobre 2008 sur le blog du MCG un échange de courriels entre lui et le conseil d'administration des SIG.

Eric Stauffer est accusé d'avoir publié en octobre 2008 sur le blog du MCG un échange de courriels entre lui et le conseil d'administration des SIG.

Keystone

Eric Stauffer, défendu par son collègue de parti Mauro Poggia, a demandé son acquittement devant le juge. Le procureur Yves Bertossa, qui avait déjà condamné l'élu du Mouvement citoyens genevois (MCG) par voie d'ordonnance à 20 jours-amende avec sursis, a pour sa part requis la confirmation de la peine. Le verdict sera rendu lundi.

Sur le blog du MCG

Eric Stauffer est accusé d'avoir publié en octobre 2008 sur le blog du MCG un échange de courriels entre lui et le conseil d'administration des SIG. Dans ces mails, le député réclame des documents qui ont été produits par un administrateur lors d'une séance du conseil consacrée aux affaires EOS et GAZNAT.

Le représentant du MCG a attendu une grosse semaine que les SIG lui fournissent ces pièces. Confronté au silence de la régie, et soupçonnant qu'on voulait lui cacher des choses, il a ensuite décidé de publier l'échange de correspondances concernant sa demande de documents sur le blog de son parti.

L'homme à abattre

Eric Stauffer, qui ne voulait pas endosser le costume du béni-oui-oui, a bousculé les habitudes du conseil d'administration des SIG et il est devenu l'homme à abattre, a souligné Mauro Poggia. Selon l'avocat, le seul moyen qu'a trouvé le député MCG pour obtenir satisfaction a été de dénoncer publiquement l'opacité du conseil d'administration.

Aucune démarche n'a été faite au sein des SIG pour transmettre à Eric Stauffer les documents, a souligné Mauro Poggia. Venu témoigner devant le tribunal, l'ancien président des SIG Daniel Mouchet a quant à lui affirmé le contraire. Il a toutefois refusé d'entrer dans les détails, invoquant le secret de fonction.

Pour le procureur Yves Bertossa, l'affaire est claire. Eric Stauffer «a crassement violé son devoir d'administrateur». L'échange de mails dévoile une partie des discussions qui a été menée lors de la séance du conseil d'administration, mais ne contient aucune information d'un intérêt public légitime.

Plus aux SIG

A la suite de cette affaire, Eric Stauffer a été démis de ses fonctions d'administrateur aux SIG. «Eric Stauffer est le seul membre du conseil qui méritait ses jetons de présence et on l'a mis dehors», a souligné Mauro Poggia.

(ats)

Votre opinion