Justice - Ericsson indemnise Nokia à hauteur de 80 millions d’euros
Publié

JusticeEricsson indemnise Nokia à hauteur de 80 millions d’euros

Ce règlement solde un litige lié à des poursuites pour corruption entamées par la justice américaine à l'encontre de l’équipementier suédois.

La firme suédoise Ericsson a accepté de solder un litige avec son concurrent Nokia en versant à ce dernier une indemnité de 80 millions d’euros.

La firme suédoise Ericsson a accepté de solder un litige avec son concurrent Nokia en versant à ce dernier une indemnité de 80 millions d’euros.

REUTERS

L’équipementier suédois Ericsson a annoncé mercredi le versement d’une indemnisation de 80 millions d’euros (env. 88 millions de francs) à son concurrent finlandais Nokia pour solder un litige lié à des poursuites pour corruption de la justice américaine dans cinq pays.

La somme, qui sera comptabilisée dans les résultats du deuxième trimestre du groupe, «reflète l’incertitude, le risque, les dépenses et la distraction potentiels de la marche des affaires associée à un litige potentiellement long et complexe», explique Ericsson. Les autres détails de l’accord sont confidentiels, précise le groupe.

Ce règlement s’inscrit dans le sillage d’accords conclus avec le Département américain de la Justice et la Securities and Exchange Commission. En 2019, le ministre américain de la Justice avait déjà annoncé le versement de plus d’un milliard de dollars de pénalités et d’amendes par Ericsson pour solder des poursuites liées à des violations de la Foreign Corrupt Practices Act, loi d’application extraterritoriale contre la corruption d’agents publics à l’étranger.

Pots-de-vin et comptes falsifiés

Les faits s’étalaient entre 2000 et 2016 et concernaient cinq pays: la Chine, le Vietnam, l’Indonésie, le Koweït et Djibouti. Selon la justice américaine, Ericsson avait reconnu s’être engagé «dans un stratagème de longue durée visant à verser des pots-de-vin, à falsifier des comptes et des dossiers et à ne pas mettre en œuvre des contrôles comptables internes raisonnables».

L’entreprise avait blâmé la «mauvaise foi» de certains de ses employés et cadres dirigeants dans les pays concernés et qualifié les faits de «complètement inacceptables». Ericsson «a une politique de tolérance zéro contre la corruption et a travaillé dur ces dernières années pour renforcer son programme d’éthique et de conformité», affirme le groupe dans son communiqué mercredi.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires