Ski alpin: Erika Hess: «Malgré la douleur, je vais bien»
Actualisé

Ski alpinErika Hess: «Malgré la douleur, je vais bien»

La championne du monde et médaillée olympique est sortie pour la première fois de son silence après la mort de son époux Jacques Raymond, le 7 mai dernier. Entre nostalgie et envie d’avancer.

par
Sport-Center
Erika Hess, ici aux Diablerets en février 2017, doit réapprendre à vivre seule, depuis le décès de son époux Jacques Reymond.

Erika Hess, ici aux Diablerets en février 2017, doit réapprendre à vivre seule, depuis le décès de son époux Jacques Reymond.

Sébastien Anex

Après 35 ans de vie commune avec Jacques Reymond, Erika Hess (58 ans) doit maintenant continuer à avancer seule. Cela fait huit mois que son époux s’en est allé, terrassé par le coronavirus. Le Vaudois, qui souffrait depuis plusieurs années de problèmes cardiaques, a dû s’avouer vaincu à 69 ans, un jour après son 32e anniversaire de mariage.

Pour la première fois, sa championne d’épouse s’est confiée à la Schweizer Illustrierte. Elle a passé Noël en famille, avec ses trois fils Fabian (32 ans), Nicolas (30 ans), et Marco (26 ans), ainsi qu’avec leurs compagnes. Sa petite-fille Chloé, âgée d’un an, était également présente: «Avec ses yeux brillants, elle a rendu l’absence de Jacques un peu plus supportable. Pour lui, Noël avec toute la famille a toujours été très important. Mais malgré la douleur, je vais bien. Nous sommes tous en bonne santé, c’est le plus important», a-t-elle déclaré.

«Le personnel médical a été très attentif et gentil. Il a tout essayé pour maintenir la communication entre Jacques et moi»

Erika Hess

Erika Hess a également expliqué la manière dont Jacques Reymond a tenté de lutter contre le Covid-19: «Après une semaine passée à l’hôpital, il a été admis dans l’unité de soins intensifs, intubé, puis plongé dans le coma. C’est devenu une période extrêmement difficile. Je n’ai pu lui rendre visite que trois fois au cours des six semaines d’hospitalisation. Le personnel médical a été très attentif et gentil. Il a tout essayé pour maintenir la communication entre Jacques et moi. J’ai appris sa mort par téléphone. La veille, le jour de notre anniversaire de mariage, j’ai pu lui rendre une dernière visite.»

Les funérailles se sont déroulées dans l’intimité de la famille, comme le préconisaient les normes sanitaires de l’époque. «Comme Jacques l’aurait souhaité, nous avons dispersé ses cendres sur le lac de la Vallée de Joux, sa maison. Aujourd’hui, je m’y rends très souvent, cela me rapproche de lui. Mais Jacques est pour moi partout où nous avons vécu quelque chose ensemble», poursuit l’Obwaldienne, qui a vu son quotidien énormément changer, depuis le départ de sa moitié.

C’était le 23 janvier 2019: Erika Hess et son époux Jacques Reymond analysaient la course de leur fils Marco, qui débutait en Coupe du monde.

C’était le 23 janvier 2019: Erika Hess et son époux Jacques Reymond analysaient la course de leur fils Marco, qui débutait en Coupe du monde.

Chantal Dervey

«Jacques et moi ne faisions qu’un. Nous étions ensemble 24 heures sur 24, sur le plan professionnel et personnel. Maintenant, je suis seule et je dois planifier mon propre avenir. J’ai besoin de nature et d’exercice, de jogging, de vélo ou de ski de fond. Je continue mon chemin, je veux donner un sens à ma vie. Il me reste encore beaucoup de tâches à accomplir. Je veux continuer à être une bonne mère, et le rôle de grand-mère me comble entièrement. Je donne toujours des entraînements de ski.»

Son fils Marco membre du cadre B de Swiss-Ski

La championne du monde et médaillée olympique a transmis le virus du ski à ses enfants. Marco fait actuellement partie du cadre B de Swiss-Ski. «Je ne l’entraîne plus. Mais je tiens à continuer à organiser la Raiffeisen Erika Hess Open, une course de ski populaire. En dehors de cela, mes liens avec la Coupe du monde se limitent à des visites lors des courses à Wengen ou à Crans-Montana, par exemple, et à des rencontres occasionnelles avec Loïc Meillard, Luca Aerni et Tanguy Nef, qui sont de bons amis de Marco», conclut celle qui fut un des emblèmes du ski suisse: elle a en effet remporté six titres de championne du monde, deux victoires au classement général de la Coupe du monde, 31 victoires sur le Cirque blanc et aussi une médaille de bronze olympique.

Votre opinion