Publié

FootballEspagne/Transferts: derrière Bale et Neymar, la fuite des talents (PAPIER D'ANGLE)

MADRID (Communauté de Madrid), 02 sept 2013 (AFP) - Les transferts faramineux de Gareth Bale au Real Madrid et Neymar au FC Barcelone ont beau faire les gros titres, la réalité du marché estival des transferts en Espagne a été celle d'un exode des talents, notamment vers l'Angleterre.

Derrière les 170 à 180 millions d'euros dépensés cet été par le Real et les 57 millions du Barça sur le marché des transferts, la plupart des clubs ont davantage vendu qu'acheté dans une Espagne en crise où, derrière ces deux locomotives, les petits tirent la langue. Quelque 70 joueurs ont quitté la Liga à l'intersaison, dont une vingtaine vers des clubs britanniques. A chaque fois, les clubs espagnols ont encaissé de copieuses indemnités mais ces dernières ont davantage servi à éponger les dettes qu'à faire venir de nouvelles têtes d'affiches. Plus de la moitié des 20 clubs de l'élite ont dépensé moins de 10 millions d'euros dans les transferts cet été. Pire, plus du quart d'entre eux n'ont pas pu allouer davantage qu'un petit million d'euros pour se renforcer. Dans un championnat où Real et Barça concentrent environ la moitié des recettes télévisées, sont qualifiés tous les ans pour la lucrative Ligue des champions et encaissent en billetterie et en produits dérivés des revenus parmi les meilleurs d'Europe, le fossé se creuse avec le reste des clubs, dont beaucoup sont lourdement endettés. En mars, le ministère du Budget a chiffré à 690,4 millions d'euros les sommes dues au fisc par les clubs de football professionnels. "Pire que le championnat écossais" Parmi les principales figures de cet exode estival, le buteur colombien Radamel Falcao est passé de l'Atletico Madrid à Monaco pour 60 millions d'euros. Suivent l'avant-centre argentin Gonzalo Higuain, acheté par Naples au Real Madrid pour 37 millions d'euros, l'attaquant de Valence Roberto Soldado, vendu 30 millions d'euros à Tottenham, les deux joueurs offensifs du FC Séville Alvaro Negredo et Jesus Navas, recrutés par Manchester City pour respectivement 28 et 25 millions d'euros... En les laissant partir, la Liga a perdu de son attrait, même si l'Argentin Lionel Messi (FC Barcelone), meilleur buteur de Liga la saison passée (46 buts), et le Portugais Cristiano Ronaldo (Real Madrid), son dauphin avec 34 buts, sont toujours là. Replacés dans ce contexte morose, les tranferts astronomiques du Brésilien Neymar (57 millions d'euros) et du Gallois Gareth Bale (entre 91 et 101 millions selon la presse) font figure d'arbres de bois précieux cachant une forêt de plus en plus élaguée. En outre, avec les départs de Falcao (28 buts la saison passée), Negredo (25 buts) et Soldado (24 buts), la Liga a été dépouillée de ses troisième, quatrième et cinquième meilleurs buteurs, et le spectacle proposé risque de s'en ressentir. "La Ligue espagnole est pire que le championnat écossais, c'est la lie de l'Europe", jugeait en 2011 le président du FC Séville José Maria del Nido. Deux ans plus tard, son jugement paraît d'autant plus d'actualité que le Real et le Barça se sont réparti les neuf derniers titres de champions, comme il y a peu les deux clubs de Glasgow, le Celtic et les Rangers (aujourd'hui rétrogradés), se disputaient immanquablement le titre. Sur son site internet, le championnat espagnol continue de s'autoproclamer "meilleure Ligue du monde", mais, sans nombre de ses meilleurs éléments, est-ce encore le cas? jed/ybl/gv

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!