Publié

footEspagne: Xabi Alonso, accusé de fraude fiscale, se défend

Le milieu espagnol du Bayern Munich Xabi Alonso a assuré avoir "scrupuleusement respecté ses obligations fiscales" mardi après des informations de presse faisant état d'une enquête judiciaire en Espagne concernant les revenus tirés de ses droits à l'image.

Selon le quotidien espagnol El Mundo, le Trésor public aurait "découvert des indices de revenus non déclarés" de la part de l'ancien international espagnol (33 ans, 114 sélections) et demandé au parquet de Madrid l'ouverture d'une enquête.

"Le ministère public dispose d'un délai de six mois pour mener ses investigations et décider s'il dépose plainte ou bien s'il classe le dossier parce qu'il n'y a pas d'indice de délit", écrit El Mundo dans son édition de mardi, ajoutant que l'enquête est à un stade "très initial".

Comme dans le cas de plusieurs autres footballeurs visés par le fisc espagnol ces derniers mois, l'enquête sur Xabi Alonso se concentre sur ses droits à l'image, que le joueur aurait fait percevoir par une société basée à l'étranger.

"Le joueur manifeste (...) catégoriquement qu'il a toujours rempli toute ses obligations fiscales", a réagi l'ancien milieu du Real Madrid (2009-2014) dans un communiqué publié sur Twitter.

Il "utilisera tous les moyens nécessaires pour démontrer que toutes ses obligations fiscales ont été scrupuleusement respectées."

Dans une affaire comparable, l'attaquant argentin du FC Barcelone Lionel Messi a été contraint de comparaître devant un juge en 2013. Le quadruple Ballon d'Or et son père sont accusés d'avoir caché au fisc espagnol une partie des revenus tirés des droits à l'image du joueur entre 2006 et 2009, une évasion fiscale présumée portant sur 4,16 millions d'euros.

La semaine dernière, un autre Argentin du Barça, Javier Mascherano, a été mis en cause dans une affaire semblable. Le fisc espagnol le soupçonne d'une fraude s'élevant à 1,5 million d'euros via la cession de ses droits à l'image à des entreprises étrangères, d'après le quotidien El Pais.

jed/mck/jcp

(AFP)

Votre opinion