Espionnage - Espion à la solde des Russes, un Suédois est condamné à trois ans de prison
Publié

EspionnageEspion à la solde des Russes, un Suédois est condamné à trois ans de prison

Une première depuis 18 ans: un Suédois a été condamné ce mercredi à trois ans d’emprisonnement pour avoir vendu à la Russie des informations sensibles sur le fabricant de poids lourds Scania.

Le fabricant de poids lourds Scania a été touché par cette affaire d’espionnage.

Le fabricant de poids lourds Scania a été touché par cette affaire d’espionnage.

AFP

Un consultant en technologie suédois a été condamné mercredi à trois ans de prison par un tribunal de Göteborg (ouest) pour avoir vendu à la Russie des informations sensibles sur le fabricant de poids lourds Scania. Il s’agissait du premier procès pour espionnage dans le pays nordique depuis 18 ans, selon la télévision publique SVT.

L’homme âgé de 47 ans, dont le nom n’a pas été rendu public, avait été interpellé en février 2019 alors qu’il dînait dans un restaurant du centre de Stockholm avec un diplomate russe. Ce dernier, soupçonné d’être un agent du renseignement traitant cette source depuis des années, avait aussi été brièvement arrêté mais laissé en liberté après avoir fait valoir son immunité diplomatique.

Infos secrètes sur clé USB

Au moment de son arrestation, le consultant venait de recevoir 27’800 couronnes (2700 euros) pour avoir transmis des informations à Moscou, avait expliqué le procureur Mats Ljungqvist en février.

Selon le tribunal, le Suédois avait copié des «informations secrètes» provenant de Scania, qu’il avait ensuite transférées sur des clés USB pour les remettre à un employé de l’ambassade russe. Il était «pleinement conscient que les informations qu’il avait livrées profiteraient à la Russie», d’après la Cour.

L’homme, qui a nié les faits tout au long de son procès, était également accusé d’avoir livré des informations provenant du constructeur automobile Volvo Cars, des soupçons pour lesquels il a été acquitté.

Menace russe et chinoise

Selon le tribunal, des informations livrées à une puissance étrangère peuvent «nuire à la sécurité de la Suède», un argument qui a été retenu dans le cas de Scania mais pas dans celui de Volvo Cars.

Dans son dernier rapport annuel publié en 2020, l’agence suédoise du renseignement estime que la Russie, au côté de la Chine, représente la plus grande menace en matière de renseignements pour le royaume scandinave.

(AFP)

Votre opinion

2 commentaires