20.08.2019 à 11:59

FootballEst-il possible de juger un hors-jeu à la vidéo?

La VAR s’est généralisée dans le football et n’a pas mis fin aux débats. Le hors-jeu, notamment, semble difficilement jugeable sur images.

von
Robin Carrel
L'image choisie par le VAR.

L'image choisie par le VAR.

DR

A la question «Est-il possible de juger un hors-jeu à la vidéo?», le «Daily Mail» a répondu «non», ou plutôt «pas vraiment». Le journal britannique explique dans une infographie très intéressante qu’il y a une marge d’erreur infime, qui ne permet pas de se montrer absolument affirmatif et ainsi mettre un terme définitif aux débats.

Pour ce faire, le «Mail» a pris pour exemple le but refusé à Raheem Sterling, lors de la partie de Premier League entre Manchester City et West Ham (5-0). Alors que le score était encore de 2-0, le «Citizen» a été lancé en profondeur sur le côté gauche, a servi Gabriel Jesus, qui a pu pousser le ballon au fond. Mais l’arbitre Mike Dean est allé demander confirmation à la vidéo, qui a invalidé le but, à la grande fureur du Brésilien.

Selon les images à la disposition de l’arbitre vidéo, l’international anglais était dans une position illicite pour… 2,4 cm. Sterling courait alors à la vitesse de 23,4 km/h et les caméras utilisées pour filmer les images de la Premier League captent 50 images par secondes. Lors des deux centièmes de secondes qui se sont écoulés entre les deux images, le joueur mancunien a donc parcouru 13 centimètres. Si l’analyse avait été faite sur l’image précédente, il n’aurait pas été hors-jeu pour 10,6 cm, selon un calcul tout simple.

Autre problème soulevé par le quotidien d’outre-Manche: le point de contact du départ du ballon. Le VAR regarde à cette occasion l’image où le ballon quitte clairement le pied du passeur. Mais l’exact «premier point de contact» entre le joueur et le cuir semble se situer pile entre la première et la deuxième images. Soit l'exact moment où Sterling est passé de la zone blanche où le but aurait été validé à la rouge, où l’arbitre lui a refusé sa passe décisive.

En conclusion, le «Daily Mail» constate que l’assistance vidéo à l’arbitrage ne peut pas être sûre de quand le ballon a été passé vers l’avant et qu’il y a forcément une marge d’erreur de 13 centimètres sur cette action précise. Celle-ci pourrait même être plus grande, si le joueur courait à une vitesse supérieure dans la direction opposée du défenseur. Autrement dit, les pubs n’ont pas fini de refaire le match, même après l’avoir revu...

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!