France: Estelle, Lydie, Emma: ces crimes épluchés par le pôle cold case
Publié

FranceEstelle, Lydie, Emma: ces crimes épluchés par le pôle cold case

Le nouveau pôle judiciaire français dédié aux crimes non élucidés travaille sur sept affaires.

par
Renaud Michiels
Disparitions d’Estelle Mouzin (2003) et de Marie-Angèle Domece (1988), meurtres de Joanna Parrish (1989) et de Nathalie Boyer (1988): quatre des affaires épluchées par le pôle cold case.

Disparitions d’Estelle Mouzin (2003) et de Marie-Angèle Domece (1988), meurtres de Joanna Parrish (1989) et de Nathalie Boyer (1988): quatre des affaires épluchées par le pôle cold case.

AFP/DR

Le 1er mars dernier naissait en France un nouveau pôle judiciaire dédié aux cold cases, ces crimes jamais élucidés. Basée à Nanterre (Hauts-de-Seine), en région parisienne, cette nouvelle entité a déjà analysé 107 affaires criminelles. Et 7 dossiers ont déjà débouché sur des ouvertures d’informations judiciaires, révèle «Le Parisien». En clair, des juges d’instruction du pôle cold case ont rouvert l’enquête.

Certains de ces cas sont tristement célèbres, d’autres pas, note le quotidien français. Voici ces crimes pour lesquels un espoir d’enfin connaître la vérité est permis.

Estelle Mouzin

Trois des dossiers – les plus connus – sont liés à «l’ogre des Ardennes», le tueur en série Michel Fourniret, décédé il y a un an. Parmi eux, on trouve la disparition de la petite Estelle Mouzin, le 9 janvier 2003 en Seine-et-Marne, alors qu’elle revenait de l’école. Elle avait 9 ans. Pendant quinze ans, les enquêtes ont été infructueuses, mais depuis 2018 tous les regards sont tournés vers Michel Fourniret. À la fin de sa vie, le tueur en série a avoué le meurtre de la fillette. Reste qu’il n’existe pour l’instant pas de preuve formelle et le corps d’Estelle Mouzin n’a jamais été retrouvé.

Marie-Angèle Domece et Joanna Parrish

Les cas de Marie-Angèle Domece et Joanna Parrish sont liés car toutes deux avaient disparu dans L’Yonne. Jeune femme de 19 ans, Marie-Angèle Domece avait disparu en 1988. Son corps n’a jamais été retrouvé. Joanna Parrish, une Anglaise de 20 ans, avait été tuée l’année suivante. Là encore, l’ogre des Ardennes était passé aux aveux, mais sans donner beaucoup de détails, comme à son habitude.

Lydie Logé

Michel Fourniret avait avoué à demi-mot le meurtre de Lydie Logé avec une phrase étrange: «Je ne crois pas que cela puisse être quelqu’un d’autre que moi qui aie mis fin à son parcours de vie». Mère d’un garçon de 7 ans, Lydie Logé, 29 ans, avait disparu dans l’Orne en 1993. Mais là encore, si le tueur en série est plus que suspecté, il n’y a pas de corps et pour l’instant pas de preuve matérielle. Précisons qu’il est logique que ces trois dossiers reviennent au pôle cold case car il est coordonné par Sabine Kheris, la magistrate qui s’occupait de ces affaires. C’est elle qui avait obtenu les aveux du tueur pour la petite Estelle Mouzin.

Hemma Davy-Greedharry

Les quatre autres dossiers sont moins connus du grand public, explique «Le Parisien». Ils ne sont pas moins terrifiants pour autant. Ainsi l’enquête est relancée pour la petite Hemma Davy-Greedharry, 10 ans, enlevée en 1987 dans les Hauts-de-Seine alors qu’elle se rendait à une épicerie. Son corps nu et en flammes avait été découvert peu après sur un parking. Selon l’autopsie, elle a été étranglée et violée.

Nathalie Boyer

Adolescente de 15 ans, Nathalie Boyer avait disparu en 1988 en Isère, où elle passait ses vacances d’été. Un homme avait retrouvé son cadavre le lendemain sur un chemin forestier. Elle avait été égorgée. L’autopsie n’avait pas révélé d’agression sexuelle.

Leila Afif

Les deux derniers crimes ont été commis sur des adultes et sont bien moins anciens. L’un concerne une femme nommée Leila Afif, tuée par balle en 2000 à La Verpillière, en Isère.

Miyreim Huysien

La dernière enquête concerne Miyreim Huysien. Il s’agit d’une prostituée qui a été retrouvée lardée de coups de couteau dans le bois de Boulogne, à Paris, en juin 2017.

Le quotidien français explique encore qu’il existe plusieurs critères pour que le nouveau pôle cold case s’empare d’une affaire. Ainsi, le dossier doit concerner un crime de sang (assassinat, meurtre, enlèvement suivi de mort) ou une série de viols. En outre, le mobile ne doit pas être apparent, l’enquête doit être au point mort et l’affaire doit dater d’au moins un an et demi.

Votre opinion