Publié

FOOTBALLEt à la fin, c'est l'Allemagne qui perd?

Le Bayern Munich et le Borussia Dortmund, qui affrontent le Barça et le Real ce soir et demain en Ligue des champions, ont une mission: redonner raison à Gary Lineker et son proverbe...

par
Simon Meier
Götze et Schweinsteiger poursuivent le même but: gagner la Ligue des champions.

Götze et Schweinsteiger poursuivent le même but: gagner la Ligue des champions.

Keystone

«Et à la fin, c'est les Allemands qui gagnent…» La fameuse phrase de Gary Lineker, prononcée au soir d'une défaite de l'Angleterre en demi-finale de la Coupe du monde 1990, est indémodable. Même si, au fil des ans, elle flirte dangereusement avec le mensonge…

Parce qu'à la fin, et le phénomène perdure depuis le dernier sacre du Bayern en Ligue des champions (sous Ottmar Hitzfeld en 2001), les Allemands perdent. La tendance s'inversera-t-elle lors de la présente édition de la compétition reine? On en saura plus après les deux demi-finales ibérico-germaniques, ce soir (Bayern-Barcelone) et demain (Dortmund-Real).

Les Munichois, qui reçoivent lors du match aller l'armada catalane du général Messi, rêvent d'effacer cette année leurs deux récents échecs en finale de la Coupe aux grandes oreilles. Celui de 2010 contre l'Inter de José Mourinho et, surtout, celui mortifiant du printemps dernier – à domicile et aux penalties – devant le Chelsea de Didier Drogba.

Pour le Bayern comme pour le Borussia, la tâche s'annonce rude face aux deux mastodontes de la Liga. Il s'agit pourtant de relever le défi et d'éloigner l'idée d'une malédiction teutonne, qui colle si mal à la réputation de vainqueurs que les Allemands se sont forgé depuis leur miraculeux triomphe contre la Hongrie au Wankdorf en 1954. Et à la fin, ce sont les Allemands qui perdent? La volonté de faire mentir le nouvel adage et de redonner raison à Gary Lineker sera d'autant plus forte pour quelques anciens qui, à l'image de Philipp Lahm ou Bastian Schweinsteiger, ont également eu la «chance» de vivre deux demi-finales de Coupe du monde perdues (2006 et 2010), ainsi que deux défaites douloureuses lors des deux derniers Euros (finale 2008 et demi-finale 2012).

Ton opinion