Hockey sur glace: Et dire que Genève peut se montrer déçu
Publié

Hockey sur glaceEt dire que Genève peut se montrer déçu

Les Aigles ont ramené deux points de Zurich (victoire 3-4 ap) mais avaient tout pour ramener la totalité de l’enjeu. Quel match!

par
Grégory Beaud, Zurich

En cours de première période, Linus Omark est revenu au banc et a violemment frappé sa crosse contre la bande à plusieurs reprises. D’une délicatesse fascinante lorsqu’il a la rondelle sur la palette, le Suédois peut également utiliser son outil de travail pour tenter d’extérioriser sa frustration du moment.

Revivez les moments forts de la rencontre

MySports

Après un début de saison où tout lui réussissait, le No 67 vit une période moins faste. Et lors de ce match à Zurich, il sentait probablement qu’il y avait quelque chose à faire. Que les Lions du Hallenstadion étaient plus que prenables sans de nombreux titulaires dont trois joueurs étrangers (Roe, Krüger et Pettersson).

Après ce coup de sang (et de canne), GE Servette a tout de même fini par prendre à trois reprises l’avantage mais à toujours vu les joueurs zurichois revenir au score. Le 3-3 de Dominik Diem est même tombé à quelques minutes de la sirène finale. Rageant. Surtout si l’on ajoute à cela une scène surprenante en fin de match.

Alors que Daniel Winnik s’est fait punaiser contre la bande par Justin Sigrist en supériorité numérique, ce sont les Genevois qui ont été le plus pénalisés. Certes le Zurichois a reçu le minimum syndical (2 + 10’), Noah Rod, qui est allé défendre son coéquipier au sol, a écopé de 4 minutes pour dureté excessive. Au lieu de passer deux pleines minutes à 5 contre 3, GE Servette a vu son avantage d’un homme s’évaporer. Surprenant et agaçant à la fois.

Cette décision que le coach Pat Emond qualifiera de «décevante» n’a finalement coûté qu’un point aux Genevois. Lors de la prolongation la triplette magique Daniel Winnik, Linus Omark et Henrik Tömmernes s’est défaite de l’adversité pour concocter un bien joli quatrième but.

Au final, GE Servette a ramené deux points de Zurich ce qui, en temps normal, aurait été à classer au rayon des bonnes affaires. Mais au terme d’une prestation de cette valeur, les trois points auraient été un juste salaire.

Votre opinion