Publié

BasketballEt revoilà les Warriors en finale de NBA!

Golden State a battu Dallas 120-110, et ainsi conquis un quatrième succès décisif en finale de la Conférence Ouest. Klay Thompson a été décisif.

Klay Thompson a été crédité d’un 8 sur 16 à trois points, jeudi soir.

Klay Thompson a été crédité d’un 8 sur 16 à trois points, jeudi soir.

USA TODAY Sports

Trois ans après, Golden State fait son retour en finale de NBA: les Warriors, portés par Klay Thompson comme à ses plus belles heures, ont remporté (120-110) un quatrième succès contre les Mavericks, malgré le sursaut tardif de Luka Doncic, jeudi en play-off, dans l’acte V de la finale de Conférence Ouest.

Après deux saisons à broyer du noir, à soigner des blessures, mais aussi à reconstruire un effectif compétitif, la franchise californienne, qui a dominé le championnat dans la seconde partie de la décennie précédente, effectue un formidable retour en pleine lumière.

Elle va disputer sa sixième finale en huit ans. Ce sera contre Boston ou Miami, encore à la lutte dans la Conférence Est, les Celtics menant 3-2 avec une sixième joute déjà décisive à domicile, ce vendredi soir. Les Warriors ont été sacrés en 2015, 2017 et 2018, mais défaits en 2016 puis en 2019.

La revanche de Thompson

Comme une revanche sur le destin, c’est Thompson qui a pavé la voie de son équipe vers la finale, lui qui avait vécu l’enfer d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche lors du match No 6 fatal face aux Raptors en 2019, avant d’en subir une deuxième au tendon d’Achille droit un an plus tard.

Revenu en janvier après deux ans et demi à se soigner, l’arrière n’est plus tout à fait le shooteur en série qu’il fut, ce joueur capable de planter 14 paniers derrière l’arc dans un match. Mais les 8 (sur 16) qu’il a réussis, pour 32 points au total, témoignent d’une performance remarquable et d’une capacité intacte à répondre présent dans les grands rendez-vous.

«C’est une bénédiction pour nous de revenir à notre place.»

Stephen Curry, élu MVP de la finale de Conférence Ouest

Serviette sur la tête et sourire en coin, Stephen Curry pouvait justement savourer l’instant pendant que les dernières secondes s’écoulaient, le regard perdu dans ce passé glorieux qu’il peut à nouveau toucher du doigt.

«C’est une bénédiction pour nous de revenir à notre place. Ce n’est pas encore le but ultime, mais nous devons célébrer ce moment, après tout ce que nous avons traversé, ces trois dernières années», a dit le meneur, premier récipiendaire du tout nouveau trophée Magic Johnson, récompensant le MVP de la finale de Conférence Ouest.

Le point

(AFP)

Votre opinion