Commentaire: Et si c’était le Barça qui ne voulait plus de Messi?
Publié

CommentaireEt si c’était le Barça qui ne voulait plus de Messi?

En proie à de sérieux soucis financiers, les dirigeants catalans ne verraient-ils pas d’un bon oeil le départ de leur star?

par
André Boschetti
Lionel Messi sous le maillot du FC Barcelone: une image que l’on ne reverra probablement plus. 

Lionel Messi sous le maillot du FC Barcelone: une image que l’on ne reverra probablement plus.

KEYSTONE

Un retournement de situation est bien sûr toujours possible mais les chances de voir Lionel Messi porter à nouveau le maillot du FC Barcelone sont aujourd’hui extrêmement faibles, voire nulles. Pour la simple et bonne raison qu’on a la désagréable impression que seuls les socios des «Blaugrana» ont envie que cette aventure se prolonge. Un divorce sur lequel personne n’aurait osé miser un euro il y a seulement un an. Parce que l’Argentin était encore convaincu qu’il allait pouvoir continuer d’enrichir son palmarès tout en ayant du plaisir sur le terrain avec son club de toujours.

Plus que trois ou quatre ans

Une hypothèse qui n’est plus envisageable à court, voire même moyen terme. Le sextuple Ballon d’Or sait mieux que personne que son Barça partira de très loin le mois prochain, car ce groupe qui s’est fait laminer par le Bayern en Ligue des champions après avoir subi la domination du Real Madrid en championnat devra être renouvelé en grande partie pour retrouver les sommets auxquels il était habitué. Sans toutefois avoir les moyens financiers pour engager ces indispensables grands joueurs dont il aurait besoin.

A 33 ans, la Puce n’a plus que trois ou quatre ans pour ajouter quelques trophées à son incomparable moisson. Mais, en signe de reconnaissance envers ce club qui lui avait tant donné, peut-être aurait-il finalement accepté de mettre de côté ses ambitions personnelles pour participer à cette profonde reconstruction si on lui avait bien fait comprendre qu’il en serait le personnage à la fois central et incontournable.

«Pour le président Bartomeu, il était bien entendu impératif que Messi déclare lui-même vouloir quitter le club et non pas le contraire»

Tel n’a pas du tout été le cas. Comment expliquer sinon que lors de leur première et unique entrevue, Ronald Koeman lui ait dit, selon les médias espagnols, qu’il «n’aurait désormais plus le moindre privilège». Une phrase qui signifie clairement que le club ne compte plus sur lui. Des mots que le Néerlandais n’aurait certainement jamais osé prononcer s’ils ne lui avaient pas auparavant été suggérés par ses dirigeants. Car pour le président Bartomeu, il était bien entendu impératif que Messi déclare lui-même vouloir quitter le club et non pas le contraire.

En proie à de sérieux problèmes financiers, le FC Barcelone économiserait ainsi déjà la centaine de millions d’euros que lui coûte chaque année sa star. Et comme la date fatidique du 10 juin - jusqu’à laquelle Lionel Messi pouvait se libérer gratuitement de sa dernière année de contrat - était passée, la perspective d’en recevoir un peu plus encore pour son transfert aurait certainement permis au Barça de redonner un peu d’allure à ses finances. Pour tenter aussi de reconstruire le plus vite possible une équipe digne de son glorieux passé.

Direction l’Inter?

Un scénario que la révolte des socios catalans et la bataille engagée par les avocats de Messi pour que leur joueur puisse partir libre remet un peu en question. Mais pas trop. Car on reste convaincu que l’Argentin finira pas trouver son bonheur ailleurs. Probablement à l’Inter Milan même si les bookmakers misent plutôt sur Manchester City. Un club anglais qui, comme le PSG, aurait beaucoup de peine à justifier un tel investissement quelques semaines seulement après avoir été incroyablement gracié d’une suspension des Coupes européennes durant deux ans par le TAS. Malgré les preuves irréfutables qu’il avait à plusieurs reprises contourné les règles du Fair-Pay Financier.

Manchester United ne semblant pas intéressé, seul l’Inter, fort de la puissance économique de son propriétaire chinois Suning, a aujourd’hui la possibilité de satisfaire Lionel Messi. Tant financièrement que sportivement puisque les Milanais, récents finalistes de l’Europa League, figureraient de facto, avec Messi, parmi les principaux favoris à la prochaine Ligue des champions. Et pour amadouer le Barça, les Italiens comptent aussi un atout de poids. Désigné successeur de Messi par les Argentins, Lautaro Martinez constituerait en effet une monnaie d’échange que pourrait difficilement refuser un FC Barcelone qui en a fait l’objet de tous ses désirs depuis quelques mois déjà.

Votre opinion

2 commentaires