22.07.2018 à 09:59

CyclismeEt s’il n’en reste qu’un, ce sera Dumoulin

A une semaine des Champs-Elysées, seul le Néerlandais semble encore en mesure d’inquiéter le duo des Sky dans les Pyrénées. Difficile, mais jouable.

von
Stéphane Combe
Toulouse
Tom Dumoulin ne devra pas se cacher entre Geraint Thomas et Chris Froome.

Tom Dumoulin ne devra pas se cacher entre Geraint Thomas et Chris Froome.

AFP

Est-ce parce que le peloton arrive à Carcassonne ce dimanche, pour la 15e étape, que Tom Dumoulin se sent pousser des ailes ? La forme affichée jusque-là par le « papillon de Maastricht » surprend jusqu’à Geraint Thomas et Chris Froome, les deux seuls hommes à le devancer au général après deux semaines de lutte. Hier à Mende, le coureur de 27 ans a une nouvelle fois tenu le choc quand Romain Bardet lâchait du lest.

« Il a été impressionnant, s’est étonné le maillot jaune Geraint Thomas. C’était comme à l’Alpe d’Huez : on n’arrivait pas à se rendre compte s’il souffrait ou pas. » Sky pris à son propre jeu d’intox ? Il faut l’entendre pour le croire.

Un dernier chrono pimenté

A 1’50’’ de Geraint Thomas et 11’’ du triple vainqueur sortant, le rouleur de l’équipe Sunweb, vainqueur du Giro 2017, confirme qu’il passe de mieux en mieux les forts pourcentages. Dans les médias néerlandais, on souligne aussi qu’il a perdu encore un kilo depuis le dernier Giro. Un détail pour beaucoup, mais pas quand on va enchaîner l’Aspin, le Tourmalet et l’Aubisque à l’avant-veille de l’arrivée.

« J’imagine que pour nos rivaux, c’est vraiment dur d’avoir un œil sur deux types comme ça, disait Froome hier à Mende. Mais Dumoulin a l’air vraiment bien. Il a mis une bonne attaque, il est troisième à l’heure actuelle. Oui, c’est notre menace la plus grande.»

Jouer malin

Car s’il « survit » aux Pyrénées sans voir l’écart se creuser, le champion du monde du chrono aura l’occasion de reprendre du temps lors de l’exercice individuel à Espelette. Samedi prochain, l’étape ne manquera pas de piment, d’autant que le trio de tête apprécie le contre-la-montre. Avec son maillot arc-en-ciel, Dumoulin partira alors avec un léger avantage psychologique.

Il lui faudra simplement dompter la stratégie des Sky, qui fomentent probablement de laisser le maillot jaune à Froome d’une manière ou d’une autre, sans que Geraint Thomas ne quitte le podium. Et là, il faudra jouer malin. Car à la moindre bisbille entre les cracks britanniques, Dumoulin ne sera jamais loin. Et même pour ces Sky dominateurs, il sera alors trop tard pour jouer les Don Quichotte.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!