Publié

ÉdifiantEt voilà le steak à partir de cellules humaines

En partir de cellules humaines, des scientifiques ont créé un steak tout ce qu’il a de plus mangeable. Reste le facteur psychologique à surmonter.

par
Eric Felley
La viande créée à partir de cellules humaines telle que présentée actuellement à l’exposition «Beazley Designs of the Year» au Design Museum de Londres. Pour l’instant, cela reste plus proche de l’émincé que du steak.

La viande créée à partir de cellules humaines telle que présentée actuellement à l’exposition «Beazley Designs of the Year» au Design Museum de Londres. Pour l’instant, cela reste plus proche de l’émincé que du steak.

Beazley Designs of the Year

Amis gastronomes, et amis du genre humain, cette invention vous mettra l’eau à la bouche. Comme le relate Slate.fr, aux États-Unis et au Canada, des scientifiques ont créé un steak de viande à partir de cellules humaines. Ce projet vise à répondre aux critiques qui sont faites à l’industrie de la viande cultivée, qui utilise entre autres du sérum de veau fœtal. Autant aller jusqu’au bout du raisonnement et utiliser nos propres cellules.

Cette nouvelle viande à un nom qui ne manque pas d’humour, The Ouroboros Steak. Il fait référence au symbole égyptien qui représente un serpent se mordant la queue. Un de ses créateurs, Andrew Pelling, explique d’ailleurs que le sérum de veau fœtal coûte aussi extrêmement cher, soit près de 700 euros par litre. L’idée de génie, c’est de faire son steak avec soi-même. Les futures clientes ou clients – le produit n’est pas encore en vente - recevront un kit et une marche à suivre. Il s’agira alors de prélever des cellules dans ses propres joues puis les développer avec du sérum de sang humain pendant trois mois.

Se manger soi-même?

Cela a l’air totalement dingue, mais les premiers morceaux du serpent qui se mord la queue sont exposés actuellement au Design Museum de Londres, à l’occasion de la remise de prix du «Beazley Designs of the Year», qui récompense les projets les plus innovants.

Sur leur site Instagram, ourochef, les concepteurs expliquent leur démarche et le fait que les consommateurs et les consommatrices pourront être assurés de l’origine de leur nourriture et de la façon dont leur steak a été élevé. Reste à savoir si l’on a envie de se manger soi-même sous forme de steak, voire manger sa femme ou ses enfants… En tout cas, les promoteurs du projet ont semble-t-il pris les devants pour ne pas être accusés de cannibalisme. Légalement, il n’en serait rien.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
22 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

yo

24.11.2020 à 20:00

Premier avril ?

Otto

24.11.2020 à 17:17

C'est du cannibalisme. Moi jamais

Elfie

24.11.2020 à 17:08

Mais quelle en est l'intérêt?!