France - État de santé: Françoise Hardy se dit «proche de la fin»
Publié

FranceÉtat de santé: Françoise Hardy se dit «proche de la fin»

Cela fait deux ans que la chanteuse souffre des effets secondaires des thérapies qu’elle a suivies pour soigner son cancer. Elle se confie sur son quotidien compliqué.

par
LeMatin.ch
Françoise Hardy le 30 octobre 2012 lors de l’émission «Vivement dimanche».

Françoise Hardy le 30 octobre 2012 lors de l’émission «Vivement dimanche».

Gamma-Rapho via Getty Images

Françoise Hardy, soignée pour un cancer du système lymphatique par radiothérapie, souffre aujourd’hui des effets secondaires de son traitement. «Les radios et immunothérapies qui s’en sont suivies ont eu des effets secondaires cauchemardesques qui me pourrissent la vie depuis deux ans et m’affaiblissent de plus en plus à cause de l’absence de salive, du manque d’irrigation de toute la zone ORL, d’un assèchement généralisé et des hémorragies nasales, des détresses respiratoires et autres problèmes qui s’ensuivent. Un dérèglement thyroïdien est également survenu», a-t-elle confié dans une interview accordée ce mardi 15 juin à Femme actuelle par mail, dans l’impossibilité de répondre de vive voix aux questions des journalistes.

Et pour cause, elle est aussi «devenue sourde» d’une oreille des suites de son traitement contre le cancer. Alors à la question «Comment vous sentez-vous?» Françoise Hardy a répondu: «Proche de la fin»: «Je ne peux plus avaler grand-chose, et la préparation d’une alimentation, toujours la même, que je puisse avaler, me prend plus de cinq heures par jour», a-t-elle ajouté, précisant: «Mes nuits sont pires que mes jours.»

«Mes souffrances physiques ont déjà été si terribles»

«Mourir paisiblement» est son rêve, «rêve impossible». «Mes souffrances physiques ont déjà été si terribles que j’ai peur que la mort m’oblige à passer par encore plus de souffrance physique», a expliqué Françoise Hardy qui milite en faveur de l’euthanasie. «De plus, la morphine étant asséchante, on ne pourra me l’administrer qu’en doses massives pour que je décède, et pas en doses plus légères pour que je souffre moins. J’ai peur aussi de l’immense chagrin de la forme de séparation avec les êtres qu’on aime le plus au monde qu’est la mort.»

Elle a le soutien de son fils Thomas Dutronc, ainsi que de son ex Jacques Dutronc. «Il ne veut pas que je souffre de façon inhumaine à cause des séquelles de traitements trop lourds et de l’âge», a-t-elle confié. Mais difficile pour Françoise Hardy d’imaginer accéder à l’euthanasie, illégale en France. «En ce qui me concerne, j’aimerais avoir cette chance, mais étant donné ma petite notoriété, personne ne voudra courir encore plus le risque d’être radié de l’ordre des médecins.»

Votre opinion