Publié

handEuro-2014 dames - La Norvège se rapproche à grand pas des demi-finales (PRESENTATION-ACTUALISATION)

Zagreb, 13 déc 2014 (AFP) - La Norvège, finaliste sortante, a fait un pas de géant vers les demi-finales de l'Euro-2014 dames de handball après avoir débuté la deuxième phase par une nouvelle victoire contre l'Espagne, samedi en Hongrie.

Battue en finale par le Monténégro en 2012, la sélection scandinave, détentrice du record de victoires dans cette compétition (cinq) a réalisé le parcours parfait jusqu'ici en remportant ses quatre premiers matches. Les championnes olympiques ont creusé l'écart en tête du groupe 1, après leur succès (29-26) sur les Espagnoles, qui leur contestait le leadership. L'absence de leur gardienne fétiche Katrine Lunde (maternité) et la blessure de la N.2, Kari Aalvik Grimsbo, au cours du tour préliminaire, n'a pas l'air de les gêner le moins du monde. La Norvège n'est désormais plus très loin d'obtenir son billet pour Budapest où les demi-finales seront disputées vendredi. L'Espagne, malgré sa défaite, reste bien partie pour se joindre à elle. La Roja conserve une longueur d'avance sur le Danemark (3 pts), qui s'est relancé samedi en pulvérisant la Pologne (28-19), et deux sur la Hongrie, qui affrontait dans la soirée la Roumanie. La France, qui a réalisé un sans-faute lors du premier tour, comme l'Espagne et la Norvège, débutera cette deuxième phase dimanche. Son excellent parcours jusqu'ici est un peu une surprise. Avant le tournoi, on ne donnait pas très cher de la peau des "Bleues" qui, diminuées par l'absence de joueuses majeures (Dancette, Darleux, Deroin), avaient dans leur groupe deux grosses cylindrées: la Serbie, vice-championne du monde, et le Monténégro, champion d'Europe en titre. Mais les joueuses d'Alain Portes ont créé la sensation en surclassant le Monténégro (24-20) vendredi après avoir pulvérisé la Serbie (27-16), deux jours plus tôt. Grosse déception de cette compétition, la Serbie a quitté la compétition par la petite porte vendredi après une troisième défaite contre la Slovaquie (21-23), une équipe sans stars qui n'avait plus participé à l'Euro depuis vingt ans. Forte de ce parcours, la France, avec sa défense de fer - la plus imperméable de l'Euro (54 buts encaissées) - apparaît comme l'épouvantail du groupe 2. Elle devra toutefois se méfier de son prochain adversaire, la Suède, meilleure attaque avec plus de trente buts inscrits par match! Pas maladroites dans ce domaine, avec pour arme fatale Estavana Polman (17 buts), les Pays-Bas peuvent aussi prétendre aux demi-finales. Le Monténégro, qui a une longueur de retard sur ces deux équipes (2 points) devra réagir pour ne pas rester à quai. L'Allemagne et la Slovaquie, qui débutent cette deuxième phase avec un zéro pointé, auront besoin d'un miracle pour aller à Budapest. ll/gca

(AFP)

Votre opinion