Publié

VolleyEuro-2015 - La France veut s'inviter parmi les grands (PRESENTATION)

La Pologne, la Russie et l'Italie, grandes nations couvertes de médailles, pourraient trouver sur leur route un concurrent inhabituel, la France, au Championnat d'Europe de volley messieurs qui commence vendredi en Italie et en Bulgarie.

Les Français, montés à six reprises sur le podium, la dernière fois en 2009 (2e), ne sont certes pas des nouveaux venus sur la scène continentale, mais leur succès cet été dans la Ligue mondiale leur a donné une dimension supérieure.

Sortis de la deuxième division de l'épreuve, ils ont tout balayé sur leur passage au Final Six de Rio pour aller décrocher leur premier sacre international. Le Brésil, N.1 mondial, la Pologne, championne du monde, et la Serbie n'ont pas résisté à leur fougue.

Le plus dur commence maintenant pour cette jeune équipe emmenée par un leader exceptionnel, l'attaquant Earvin Ngapeth: briller en étant attendue au tournant.

Contrairement aux Français, les trois autres favoris viennent juste de disputer la Coupe du monde au Japon, dénomination un peu pompeuse du premier Tournoi de qualification olympique (TQO) menant à Rio. Leur état, physique et surtout mental, après ce marathon de onze matches en deux semaines, déterminera en grande partie l'issue de l'Euro.

L'Italie est dans la position la plus enviable. Deuxième derrière les États-Unis, elle s'est qualifiée pour les Jeux et peut aborder le défi européen l'esprit libre. Les Polonais, champions du monde, et les Russes, tenants du titre européen, sont en revanche rentrés bredouille. Sauront-ils se remotiver, sachant qu'ils devront en passer par un deuxième TQO, en janvier à Berlin, pour accéder aux JO?

Dans le système alambiqué du volley, l'Euro est en effet découplé des JO. Même un titre de champion d'Europe n'ouvre pas la voie olympique.

L'Euro est coorganisé par l'Italie et la Bulgarie, qui se partagent les quatre groupes du premier tour, les barrages et les quarts, les demi-finales et la finale ayant lieu à Sofia le 18 octobre.

fbx/pyv

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!