Publié

footEuro-2016 - Allemagne - Schweinsteiger: question sur un champion (MAGAZINE-DOSSIER)

Par Stéphane GHAZARIAN

Berlin, 1 mars 2016 (AFP) - Bastian Schweinsteiger sera-t-il à l'Euro-2016? Si le coeur de l'Allemagne bat pour le oui, la tête commence à douter du leader des champions du monde, méconnaissable depuis son passage à Manchester United l'été dernier.

L'hebdomadaire Sport Bild a jeté le pavé dans la mare la semaine dernière en s'interrogeant sur l'état de forme de Basti , blessé à un genou (ligament interne) depuis début janvier.

A 100 jours du sommet européen en France, Schweinsteiger, confiant, "espère être opérationnel en mars" pour les matches amicaux contre l'Angleterre, le 26 mars à Berlin et l'Italie, le 29 mars à Munich.

Mais "si Bastian veut jouer son rôle de leader, il doit passer rapidement la vitesse supérieure. Ça n'a jamais eu aucun sens de prendre des joueurs pour leur passé", a lancé Oliver Kahn, ancien coéquipier du N.31 au Bayern, dans les colonnes du journal.

Lothar Matthäus, autre ancienne gloire bavaroise et de la Mannschaft, a renchéri: "Pas de passe-droit", même pour un joueur qui a hérité du brassard de capitaine après la retraite internationale de Philipp Lahm.

Un choc en Allemagne, où ce "dieu vivant" à Munich a gagné le statut d'icône après la finale du Mondial-2014 contre l'Argentine. Personne n'a oublié sa sortie du terrain, le visage ensanglanté après un combat de tous les instants pour accrocher enfin cette 4e étoile au maillot de la Mannschaft.

Basti avait tout gagné avec le Bayern. Après le triomphe mondial et une dernière saison amputée par les blessures et sans grand éclat, il a voulu tenter une aventure à l'automne de sa carrière.

Mais depuis son transfert en fanfare à Manchester, le milieu-relayeur âgé de 31 ans a sombré peu à peu dans l'anonymat, gagnant plus sa place dans les pages people pour sa liaison avec la joueuse serbe de tennis Ana Ivanovic.

Sept mois plus tard, le bilan est maigre: un seul but, aucune passe décisive, et un impact limité (65% de tacles manqués) pour celui qui était destiné au rôle de leader du groupe mancunien.

De quoi s'attirer les foudres du coach Louis van Gaal, celui-là même qui avait porté le Bavarois au sommet en 2010 durant son passage sur le banc du Rekordmeister .

Du patron du Bayern Karl-Heinz Rummenigge au sélectionneur Joachim Löw, en passant par le manager de la Mannschaft Oliver Bierhoff, tous ont volé tour à tour au secours de la pépite allemande.

"Je sais que Bastian est totalement concentré sur l'Euro et je lui fais entièrement confiance pour tout faire afin d'y être", a affirmé Löw qui "mise sur la présence" de son leader en France.

En fait, Basti n'aura qu'à être remis physiquement pour être du voyage et exprimer ses qualités de leader. Même depuis le banc des remplaçants comme il l'a fait sans sourciller au début du Mondial-2014.

"Je connais mon corps, tout ira bien", assure l'homme aux 114 capes, bien dans sa tête. Et face aux sceptiques, il préfère ironiser: "Sauf si l'Euro devait subitement être avancé début de mars, cela s'annonce très bien".

sg/pgr/tba

(AFP)

Ton opinion