Publié

footEuro-2016 - Belgique-Pays de Galles: Bale dans le jardin d'Eden (MAGAZINE)

Par Benoît NOEL, Jean DECOTTE Bruxelles, 15 nov 2014 (AFP) - Eden Hazard et Gareth Bale, deux stars de la planète foot, se livreront dimanche soir à Bruxelles un duel très attendu à l'occasion de Belgique-Pays de Galles, choc inattendu des éliminatoires de l'Euro-2016.

Hazard, le droitier belge de 23 ans face à Bale, le gaucher gallois de 25 ans: les 50.000 spectateurs du stade Roi Baudouin pourraient se régaler. D'autant plus que les deux équipes abordent le rendez-vous en confiance après une série de résultats positifs. En tête du groupe (7 points sur 9), les Dragons n'ont plus été à pareille fête depuis plus d'un demi-siècle: la seule qualification du Pays de Galles pour une phase finale d'un tournoi majeur remonte à la Coupe du monde 1958. "C'est formidable d'être dans une position aussi favorable. Nous allons tout faire pour éviter de gaspiller l'occasion de participer à l'Euro", promet Bale, conscient que les chances galloises de participer à un événement majuscule ne se présentent que rarement. Face à des Diables Rouges (4 points sur 6), sans doute contraints de faire le jeu à domicile, Bale et le sélectionneur Chris Coleman savent qu'ils ont un bon coup à jouer sur contre-attaque. "La Belgique est la quatrième nation mondiale et devra donc gagner devant son public", estime Bale, mettant ainsi la pression sur un adversaire privé de plusieurs de ses meilleurs défenseurs, Vincent Kompany et Thomas Vermaelen notamment. Face à l'Islande mercredi en amical, les Belges ont laissé apparaître de nombreuses faiblesses défensives malgré un succès net (3-1). Bale a sans doute constaté que le défenseur à qui il aura affaire, l'Anderlechtois Anthony Vanden Borre, souvent emporté par son tempérament offensif, n'est pas le plus rapide, ni le plus discipliné tactiquement. Pour le joueur du Real Madrid (6 buts et 5 passes décisives en 14 matches cette saison), il y a donc une occasion à saisir même si Bale pourrait manquer de rythme après avoir été écarté des terrains récemment sur blessure. En face, Hazard espère ne pas être en reste. L'ailier de Chelsea connaît un début tonitruant en club (7 buts depuis le début de la saison) où il est la pièce maîtresse du dispositif de José Mourinho. Mais le joueur qui fait le bonheur de l'autoritaire leader du championnat d'Angleterre tarde à confirmer son talent en sélection du haut de ses (déjà) 53 capes (et seulement 6 buts). "Je ne suis pas assez décisif en équipe nationale et je n'en connais malheureusement pas la raison, se lamente l'ancien Lillois. On en parle avec le coach, on essaie d'adapter un peu le système et on travaille..." Heureusement pour la Belgique, toute la pression ne repose pas sur les épaules du seul Hazard, au contraire de Bale côté gallois. "Mon groupe ne se résume pas à un seul joueur", rappelle Marc Wilmots, qui peut compter sur des éléments de la trempe de De Bruyne (actuel meilleur passeur d'Europe avec 9 caviars sous le maillot de Wolfsburg), Origi, Benteke, Lukaku, Januzaj, Chadli ou Mertens pour mettre la défense adverse sous pression. "Les adversaires ont peur d'Eden, l'homme des un contre un, renchérit Wilmots. Ils se focalisent sur lui, ce qui profite à Kevin (De Bruyne). Eden va certainement devenir un joueur du top (mondial). Mais il doit aller plus directement vers le but et il le sait". "Il est sur la bonne voie. A Chelsea, il ne perd quasiment jamais plus le ballon", ajoute le sélectionneur qui loue en outre le "caractère altruiste d'un joueur humble, pas égoïste, au service de l'équipe". En Belgique, de nombreux observateurs souhaiteraient toutefois que ce soit l'équipe qui se mette davantage au service d'Hazard. jed-bnl/pgr/es

(AFP)

Ton opinion