Publié

société-Foot-EURO-2016-environnementEuro-2016 - L'UEFA veut un Euro vert et responsable

Accès des handicapés, respect de la diversité, gestion des déchets...: les organisateurs de l'Euro-2016 de football ont présenté jeudi un plan exhaustif en matière de développement durable et de responsabilité sociale qui, ils l'espèrent, fera de l'événement une référence en la matière.

"Nous n'allons pas chercher l'idéal mais traiter le concret, apporter des solutions fiables et pas faire des incantations", a résumé Jacques Lambert, patron d'Euro-2016 SAS, chargé d'appliquer en France, l'an prochain, la politique de l'UEFA en matière de RSE (responsablité sociale des entreprises). Pour ce faire, les deux entités ont dégagé huit priorité: l'accès aux stades, et plus généralement aux événements et lieux de l'Euro pour tous, le respect de la santé avec une campagne pour un tournoi sans tabac, le respect de la diversité et de la non-discrimination, et celui des cultures. En matière d'environnement, l'usage des transports publics et de la mobilité douce, la gestion des déchets, la consommation optimale d'énergie et d'eau, et la responsabilisation des fournisseurs en matière de RSE. Quelque 250 volontaires sur les 6500 que comptera l'événement seront mobilisés sur les opérations de développement durable et notamment 60 sur l'accessibilité, 110 sur la campagne sans tabac et enfin 80 sur les problématiques de gestion des déchets et de transport. La pollution liée aux transports est traditionnellement responsable de 50% de l'empreinte environnementale des grands événements. Pour donner l'exemple, les collaborateurs de l'UEFA sont invités à se déplacer en train, une solution simple entre la Suisse et la France. En cas d'obligation de prendre l'avion, ils doivent compenser leur empreinte carbone via des dons qui financeront deux projets d'implantation d'éoliennes en Nouvelle-Calédonie. L'éco-calculateur mis à disposition des spectateurs permettra également à ces derniers de chiffrer l'empreinte écologique de leur présence sur les sites. Son utilisation sera encouragée et récompensée par la perspective de remporter huit places pour la finale. La politique en matière d'environnement et de développement durable de l'Euro-2016 sera supervisée par deux grands témoins, "des guides, des vigies" selon Jacques Lambert, en la personne de Tony Estanguet, triple champion olympique de canoë et membre du CIO, et Emmanuelle Asman, présidente du Comité paralympique français, nommés fin mai par le président de la République dans le comité des 11 Tricolores chargés de sensibiliser les Français à 11 thématiques autour de l'Euro. A terme, les organisateurs de la compétition continentale espèrent décrocher la fameuse labellisation Iso 2021, une norme que jusqu'à présent seuls les Jeux de Londres et Roland-Garros ont réussi à obtenir sur le terrain des grands événements sportifs. cha/cyb

(AFP)

Ton opinion