Publié

footEuro-2016 - Les Pays-Bas peu convaincants mais vainqueurs en Lettonie (COMPTE RENDU)

La Haye, 12 juin 2015 (AFP) - Les Pays-Bas, longtemps en manque d'inspiration vendredi à Riga, ont peiné pour battre la Lettonie (0-2) et ainsi rester dans la course aux deux premières places d'un groupe A dominé par l'Islande.

Les Néerlandais ont certes dominé le début de match, se créant des occasions par Luciano Narsingh (12e) ou Wesley Sneijder (30), mais le jeu trop stéréotypé des hommes de Guus Hiddink n'aura finalement pas mis en difficulté les Lettons avant la dernière demi-heure et les buts de Georginio Wijnaldum (66) et Luciano Narsingh (70). Cinq jours après une défaite inquiétante (3-4 à Amsterdam) face aux Etats-Unis, les Néerlandais ont renoué avec la victoire, mais poussivement. Hiddink avait avoué être "un peu nerveux" avant la rencontre, conscient qu'une "victoire était obligatoire pour encore rêver de la première ou de la deuxième place du groupe pour une qualification directe pour l'Euro" en France. Le coach néerlandais sera resté tendu durant toute la rencontre en assistant à la pâle prestation de ses hommes, en manque de vivacité, à l'image d'un Robin van Persie à la traîne physiquement. Les Pays-Bas restent en ballotage défavorable, toujours coincés à la troisième place de leur poule, à cinq points de l'étonnante Islande et trois de la République tchèque. Troisième du dernier Mondial, la formation Oranje qui était privée d'Arjen Robben, blessé, n'a toujours pas effacé les doutes quant à ses possibilités de rejoindre l'Euro. "Avant, nous gagnions tous nos matches éliminatoires assez facilement, là nous devons renverser la situation. C'est une première, mais cette tension peut être bénéfique" tente de se persuader van Persie. "Tout ira bien", estimait-il avant le match. Excès d'optimisme? Peut-être. Car sur ce qu'ils ont montré lors de leurs dernières sorties, les Néerlandais inquiètent. Fébriles défensivement face aux Etats-Unis, avec quatre buts concédés et de nombreuses maladresses de l'axe central, ils sont aussi peu convaincants sur le plan offensif. Vendredi, sans Robben, avec un Van Persie en manque de rythme (après une saison faite de blessures à Manchester) et remplacé à l'heure de jeu, ils étaient loin de la formation brillante du dernier Mondial. Mais ils n'avaient encore jamais gagné en déplacement depuis le retour d'Hiddink à leur tête. Ce succès est donc motif d'espoir. bnl/gv

(AFP)

Votre opinion