Publié

handEuro-2016 messieurs - Perez de Vargas: "Montrer notre meilleur niveau" (TROIS QUESTIONS)

Cracovie (Pologne), 30 jan 2016 (AFP) - Après un parcours laborieux, l'équipe de handball d'Espagne devra "montrer son meilleur niveau" pour gagner pour la première fois l'Euro, en finale contre l'Allemagne dimanche à Cracovie (Pologne), où ce sera du "50-50", estime le gardien Gonzalo Perez de Vargas.

Q: Votre équipe a dû cravacher pour arriver en finale... R: "On n'a pas fait de très bons matches jusqu'à présent, même si hier (vendredi contre la Croatie 33-29), c'était solide. Mais on est encore là. On va s'arracher pour prendre la médaille d'or. On nous présente comme les favoris de la finale. Mais quand on y regarde de plus près, l'Allemagne n'a perdu qu'un match, d'entrée contre nous. Après elle a tout gagné. Cela montre que cette équipe jeune ne souffre pas de la pression des grands championnats. A mon avis, c'est du 50-50." Q: Elle vous bluffe justement cette équipe d'Allemagne, présente en finale malgré une avalanche de blessés? Q: "Ce qu'elle a fait est remarquable. Des cadres n'étaient pas là. Elle a ajouté des joueurs, pas forcément très expérimentés, qui arrivent et jouent bien. C'est admirable. Maintenant, il faudra penser à nous. On a les choses en main. Ce sera assez compliqué dimanche. C'est là qu'il faudra montrer notre meilleur niveau." Q: En quoi l'Espagne a-t-elle changé par rapport à son sacre mondial à domicile en 2013? R: "Il y a eu un changement dans le staff (l'entraîneur Valero Rivera remplacé par Manolo Cadenas). Mais au niveau des joueurs, c'est presque pareil. Le style de jeu est le même. Pendant ces trois années, des joueurs sont arrivés à maturité. Julen (Aguinagalde, pivot) et Joan (Canellas, demi-centre) ont peut-être atteint leur plus haut niveau. Cette équipe est assez solide. Si on excepte les JO (quart de finale en 2012), elle reste sur six demi-finales d'affilée (du Mondial-2011 à l'Euro-2016). C'est le moment de gagner quelque chose d'important à l'Euro." Propos recueillis lors d'un point presse. ll/tba

(AFP)

Ton opinion