Publié

footEuro-2016 - Pays-Bas - Lettonie: Hiddink, une victoire ou la porte (PRESENTATION)

Par Benoît NOEL Amsterdam, 15 nov 2014 (AFP) - Le sélectionneur des Pays-Bas Guus Hiddink joue sa peau dimanche soir à Amsterdam lors de la réception de la modeste Lettonie dans le cadre d'un match des qualifications pour l'Euro-2016 qui conditionnera l'avenir de la formation Oranje.

"Je quitterai mon poste en cas de défaite", a répété Hiddink tout au long de la semaine, après une défaite (3-2) face au Mexique mercredi en amical. Les Néerlandais, troisièmes de la dernière Coupe du monde, sont en bien mauvaise posture en vue de l'Euro-2016, troisièmes seulement d'un groupe A outrageusement dominé par l'Islande et la République tchèque (9 points sur 9, 3 seulement pour les Pays-Bas). Robin van Persie et ses équipiers semblent avoir perdu leur football depuis qu'Hiddink a succédé à Louis van Gaal l'été dernier. La défense de fer mise en place par ce dernier au Brésil n'est désormais plus qu'une passoire. Battus tour à tour par l'Italie (2-0), la République tchèque (2-1), l'Islande (2-0) et le Mexique (3-2), les Oranje n'arrivent plus à garder leur cage inviolée. Même contre le faible Kazakhstan qu'ils avaient difficilement dominé (3-1) en octobre. Face au Mexique, la défense a souffert des absences de Ron Vlaar (cheville) et Bruno Martins Indi, malade. "Je n'ai pas beaucoup d'alternatives", s'est plaint Hidddink, un brin fataliste. Pourtant expérimenté, l'entraîneur de 68 ans laisse poindre de la résignation à propos de son deuxième passage à la tête de la sélection nationale. Même en cas de partage des points ou de victoire dimanche face à la 99e nation mondiale, son maintien en poste ne sera pas forcément assuré tant la pression s'est faite de plus en plus forte ces derniers jours. A l'image de Frank de Boer, entraîneur de l'Ajax Amsterdam, de nombreux analystes plaident pour le départ immédiat d'Hiddink. Son remplaçant naturel est son adjoint Danny Blind. Il était prévu contractuellement que ce dernier succède à Hiddink au terme de l'Euro-2016. Son intronisation pourrait intervenir bien plus tôt que prévu. Un autre scénario voudrait que le poste soit confié à Ronald Koeman, qui fait des pieds et des mains depuis plusieurs saisons pour que la Fédération (KNVB) lui donne sa chance à un poste dont il rêve. Mais Koeman fait des merveilles en Premier League avec Southampton (2e) et il ne pourrait sans doute pas se libérer facilement. Hiddink sait ses jours comptés. En poste depuis 72 jours, il pourrait devenir dimanche le sélectionneur le plus éphémère de l'histoire des Pays-Bas. Ce qui serait un affront pour un entraîneur au palmarès long comme le bras. bnl/es

(AFP)

Ton opinion