Publié

footEuro-2016/préparation - La France enchaîne grâce à Matuidi

Bordeaux, 7 sept 2015 (AFP) - Un doublé de Blaise Matuidi a offert à la France un deuxième succès d'affilée face à la Serbie (2-1) lundi à Bordeaux, en match de préparation à l'Euro-2016, confirmant l'embellie après la période noire de la fin de saison dernière.

Trois jours après le succès arraché au Portugal (1-0), vendredi, et la démonstration défensive administrée aux coéquipiers de Cristiano Ronaldo, l'enjeu était simple pour les troupes de Didier Deschamps: enchaîner et surtout enflammer le public français en misant cette fois sur l'offensive. La double mission a été réussie, malgré six changements entre les deux rencontres et une seconde période moins aboutie, avec l'infatigable Matuidi dans le rôle du héros improbable.

Le milieu défensif, préposé d'habitude aux tâches obscures, a sorti deux buts de son chapeau pour guider les Bleus vers la victoire. D'abord une tête sur un centre de Bacary Sagna (9e) puis une reprise de volée exceptionnelle des 20 mètres en pleine lucarne (25e).

Un chef d'oeuvre qui vient une nouvelle fois prouver à quel point le Parisien progresse au fil des années pour se muer de plus en plus en un joueur tout-terrain de stature mondiale.

Ces deux réalisations, ses 5e et 6e buts en 37 sélections, viennent en effet s'ajouter aux deux autres réussies sous les couleurs du PSG en Ligue 1. Avec un Matuidi à ce niveau, il n'y pas grand chose qui puisse arriver à une équipe de France qui a débuté la saison sur une note très positive après une fin d'exercice précédent très délicate, marquée par 3 défaites (Brésil, Belgique, Albanie) en 4 matches.

La réduction du score d'Aleksandar Mitrovic (38e) a un peu gâché la soirée des Bleus mais le contenu du match a sans doute dû plaire au sélectionneur, qui comptait produire un jeu plus ambitieux contre un adversaire à sa portée et éliminé de la course à l'Euro, après avoir misé sur la sécurité au Portugal.

Les Bleus ont ainsi multiplié les occasions et sans la maladresse d'Olivier Giroud (15e, 21e, 44e), copieusement sifflé à sa sortie (62e), ou le poteau trouvé par Antoine Griezmann (52e), l'addition aurait pu être plus lourde pour les Serbes.

kn/pel/sk

(AFP)

Votre opinion