Publié

Londres 2012Eveline Widmer-Schlumpf reçue par la reine

Eveline Widmer-Schlumpf était présente pour l’inauguration des Jeux olympiques de Londres. Elle a aussi été reçue par la reine et a rencontré Michelle Obama.

Eveline Widmer- Schlumpf a pu échanger quelques mots avec la reine elle-même.

Eveline Widmer- Schlumpf a pu échanger quelques mots avec la reine elle-même.

AFP

La présidente de la Confédération Eveline Widmer- Schlumpf était présente vendredi pour l’inauguration des Jeux olympiques de Londres. Elle a aussi été reçue par la reine au cours de son séjour dans la capitale britannique, et a rencontré «une multitude» de responsables politiques étrangers.

«La cérémonie d’ouverture m’a beaucoup impressionnée», a souligné la conseillère fédérale en charge des finances au cours d’une conférence de presse donnée depuis la Maison de la Suisse. «J’ai particulièrement apprécié le mélange de sincérité, de charme, d’émotion et d’humour qui s’en est dégagé.»

Les Britanniques sont parvenus à «associer de façon habile l’histoire de la révolution industrielle avec des éléments plus moderne, comme la musique», selon elle.

Avant le spectacle, Eveline Widmer-Schlmpf a assisté à une réception donnée par la reine Elizabeth II à Buckingham Palace, en compagnie de nombreux autres chefs d’Etat. «Ce très long apéro - qui a duré trois heures - m’a donné l’occasion de discuter avec une multitude de présidents et premiers ministres et d’aborder un grand nombre de dossiers en un court laps de temps», a-t-elle indiqué.

Rencontre avec Michelle Obama

La présidente brésilienne Dilma Rousseff, le chef de l’Etat tchèque Vaclav Klaus, le premier ministre russe Dmitri Medvedev, le président bulgare Rosen Plevneliev, la première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt et la première dame américaine Michelle Obama, qu’elle a trouvé «extrêmement chaleureuse», ont figuré parmi ses interlocuteurs.

«J’ai également pu m’entretenir avec le premier ministre français Jean-Marc Ayrault, une discussion très utile sachant que nous avons quelques dossiers en suspens avec ce pays», a précisé la Grisonne. Berne et Paris sont embarqués dans un différend fiscal depuis plusieurs années concernant l’imposition des avoirs français déposés en Suisse.

La cheffe du Département fédéral des finances a par ailleurs pu échanger quelques mots avec la reine elle-même et le prince Charles. «Nous avons parlé de Klosters, où la famille royale a l’habitude de séjourner.» La souveraine s’est notamment enquise des chances de médaille suisse.

Une Suisse ouverte

La conseillère fédérale a en outre profité de son séjour londonien pour visiter la «House of Switzerland», une surface de 3000 mètres carrés investie par la Suisse pour toute la durée des JO sur les bords de la Tamise.

«Cette maison donne l’image d’une Suisse ouverte, prête au dialogue et qui mêle tradition et modernité, a-t-elle relevé. Il est positif que nous transmettions ce genre de signal vers l’extérieur.»

Interrogée sur la possibilité pour la Suisse d’organiser ses propres Jeux olympiques en 2022, la présidente de la Confédération s’est montrée enthousiaste. «Je fais partie des gens qui pensent qu’il faut oser relever les défis», a-t-elle dit.

Mais avant de se lancer dans pareille aventure, il faut d’abord trouver un lieu approprié et s’assurer que l’ensemble de la population soutient le projet, a-t-elle nuancé. Dans tous les cas, «le dernier mot reviendra au peuple, qui devrait voter sur une éventuelle candidature helvétique», a-t-elle conclu.

(ats)

Votre opinion