Grande-Bretagne – Evincée du gouvernement en raison de sa foi musulmane
Publié

Grande-BretagneÉvincée du gouvernement en raison de sa foi musulmane

Une ancienne vice-ministre affirme avoir été démise de ses fonctions en 2020 car sa foi musulmane posait problème, relançant des accusations d’islamophobie au sein du parti de Boris Johnson déjà sous pression.

La députée dit ne pas en avoir parlé publiquement à l’époque car elle avait été avertie qu’elle serait «ostracisée par ses collègues».

La députée dit ne pas en avoir parlé publiquement à l’époque car elle avait été avertie qu’elle serait «ostracisée par ses collègues».

AFP

L’ancienne vice-ministre britannique des Transports Nusrat Ghani a affirmé dimanche avoir été démise de ses fonctions lors d’un remaniement gouvernemental en 2020 car sa foi «musulmane» posait «un problème», relançant des accusations d’islamophobie au sein du Parti conservateur de Boris Johnson déjà sous pression.

Nusrat Ghani, 49 ans, a affirmé au «Sunday Times» qu’un cadre du Parti conservateur lui avait expliqué en février 2020 que «ses origines et sa foi» avaient été déterminantes dans son éviction du gouvernement. «On m’a dit que lors de la réunion de remaniement à Downing Street, ma "foi musulmane" avait été soulevée comme "un problème", qu’une femme musulmane au gouvernement mettait mes collègues mal à l’aise et qu’on craignait que "je ne sois pas loyale envers le parti car je n’en faisais pas assez pour le défendre contre les allégations d’islamophobie"», a-t-elle déclaré.

«Humiliée et impuissante»

«C’était comme un coup de poing dans l’estomac. Je me suis sentie humiliée et impuissante», a confié la députée au journal, disant ne pas en avoir parlé publiquement à l’époque car elle avait été avertie qu’elle serait «ostracisée par ses collègues» et que sa «carrière et sa réputation seraient détruites».

Dans une démarche inhabituelle, Mark Spencer, cadre du parti, s’est lui-même identifié comme étant la personne visée par ces propos, tout en les démentant. «Ces accusations sont totalement fausses et je les considère comme diffamatoires», a-t-il affirmé sur Twitter. Elles arrivent à un moment déjà difficile pour le Parti conservateur du Premier ministre Boris Johnson, qui se trouve en ce moment sur un siège éjectable car mis en cause pour une série de fêtes à Downing Street en plein confinement.

Une plainte officielle sera-t-elle déposée?

Elles viennent aussi raviver les vieux démons des conservateurs, longtemps accusés de laisser prospérer l’islamophobie dans leurs rangs. En mai 2021, un rapport avait conclu que «le sentiment anti-musulman demeurait un problème au sein du parti», confronté à un problème d’islamophobie au niveau local ou individuel mais pas «institutionnel».

«Mis au courant de ces allégations extrêmement graves», le Premier ministre a rencontré Nusrat Ghani et «lui a ensuite écrit pour lui faire part de sa vive inquiétude et l’inviter à entamer une procédure de plainte officielle», ce qu’elle «n’a pas fait par la suite», a indiqué un porte-parole de Downing Street, ajoutant que «le Parti conservateur ne tolère pas les préjugés ou la discrimination de quelque nature que ce soit».

Le ministre de l’Education Nadhim Zahawi avait, lui, appelé à «une enquête appropriée» sur Twitter, mais le ministre de la Justice Dominic Raab, malgré des accusations qu’il a qualifiées de «très sérieuses», a prévenu dimanche matin sur la BBC qu’il n’y aurait pas d’enquête si Mme Ghani ne déposait pas officiellement une plainte interne.

(AFP)

Votre opinion