Amérique latine: Evo Morales se rend en voyage à Cuba
Actualisé

Amérique latineEvo Morales se rend en voyage à Cuba

L'ex-président bolivien, qui a fui son pays depuis près d'un mois, s'est rendu à Cuba vendredi, a annoncé Mexico.

1 / 57
L'élection présidentielle prévue pour le 3 mai en Bolivie a été reportée sine die en raison de la propagation du coronavirus. (Samedi 21 mars 2020)

L'élection présidentielle prévue pour le 3 mai en Bolivie a été reportée sine die en raison de la propagation du coronavirus. (Samedi 21 mars 2020)

La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce. (Dimanche 9 février 2020)

La présidentielle se tiendra le 3 mai en Bolivie. Le candidat du MAS, le parti de l'ex-président Evo Morales, sera l'économiste Luis Arce. (Dimanche 9 février 2020)

AFP
L'ancien président bolivien Evo Morales a officialisé lundi sa candidature au Sénat lors des élections législatives du 3 mai. (Mardi 4 février 2020)

L'ancien président bolivien Evo Morales a officialisé lundi sa candidature au Sénat lors des élections législatives du 3 mai. (Mardi 4 février 2020)

Keystone

L'ancien président bolivien Evo Morales, qui était depuis près d'un mois au Mexique pour y obtenir l'asile politique, s'est rendu en voyage à Cuba vendredi, a indiqué le porte-parole de la diplomatie mexicaine, Roberto Velasco.

«Nous précisons qu'aujourd'hui (vendredi) M. Morales est parti dans la matinée en direction de Cuba», a écrit ce porte-parole sur Twitter. «D'après nos informations, il s'agit d'un voyage temporaire. Pour le moment ce sont les seuls renseignements disponibles», a-t-il ajouté.

Contraint de démissionner le 10 novembre après avoir été lâché par la police et l'armée, Evo Morales s'était envolé le 12 pour le Mexique, dirigé par un président de gauche, Andrés Manuel Lopez Obrador. Ce dernier a épousé la thèse de l'ancien chef d'État bolivien selon laquelle ce dernier a été victime d'un «coup d'État».

Bolivie: Evo Morales emporté par la contestation

(AFP)

Votre opinion