Publié

InvestigationExilés fiscaux: la Grèce a localisé un CD de données

Une mystérieuse liste de détenteurs à passeport grec de comptes bancaires en Suisse a pu être localisée. Le CD comporterait des données détaillées sur quelque 2000 noms.

PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Des responsables grecs ont réussi à localiser une mystérieuse liste de détenteurs grecs de comptes bancaires suisses au terme d'une investigation qui a confiné au vaudeville. Le CD comporterait des données détaillées sur quelque 2000 détenteurs de comptes.

Le support a été remis à un procureur spécial par Stelios Stasinopoulos, chef de la brigade financière (SDOE), a indiqué une source judiciaire. Il a fallu presque une semaine et l'implication des services secrets et de deux anciens ministres des Finances avant qu'il ne puisse être trouvé, environ deux ans après que le gouvernement ne l'eût semble-t-il acheté.

L'ancien ministre des Finances George Papaconstantinou a déclaré que la liste, qui fait partie des documents révélés par un employé de la banque HSBC en Suisse, avait été acquise en 2010 auprès de la ministre des Finances française de l'époque, Christine Lagarde.

Les responsables grecs ont longtemps soutenu que les informations avaient été obtenues illégalement et ne pouvaient pas être utilisées pour poursuivre les éventuels tricheurs fiscaux. Il y a deux semaines à peine, le ministre adjoint aux Finances, Georges Mavraganis, avait encore jugé qu'un tel usage pouvait être assimilé à de «l'espionnage industriel».

Colère populaire croissante

Mais, confrontée à une colère croissante suite aux plans d'austérité, Athènes a fait un virage à 180 degrés et le ministre des Finances, Yannis Stournaras, a déclaré que le gouvernement souhaitait se servir de ces informations - si seulement elles pouvaient être trouvées.

«J'ai appris (leur) existence par les journaux», a dit Yannis Stournaras au «Financial Times». «Si la brigade financière SDOE ne peut pas retrouver (le CD manquant), nous demanderons une autre copie à nos partenaires européens» a-t-il ajouté, selon le quotidien des affaires britannique.

Nikos Pantelis, chef de la section économique à la Cour suprême, a déclaré mardi à la presse que le CD pouvait être utilisé car «il provient d'un représentant officiel d'un Etat par les voies diplomatiques».

Le ministère grec des Finances ne donne pas d'estimation des montants des fonds non-déclarés en Suisse. Mais il avait indiqué en juillet que 16 millions d'euros étaient légalement sortis de Grèce ces deux dernières années, dont moins de 10% vers la Suisse.

Railleries dans la presse

L'affaire a donné lieu à des commentaires sarcastiques dans les médias grecs. «Tout le monde connaît les noms de la liste», a affirmé le populaire «Ta Nea», moquant le «jeu de cache-cache» sur les données manquantes.

«Aucun responsable, passé ou présent, n'est en mesure de donner une réponse convaincante sur ce qui est arrivé à cette preuve. Mais il est clair que les contrôles n'ont pas été menés quand d'autres pays ont fait un travail important contre l'évasion fiscale», a ajouté le quotidien.

(ats)

Votre opinion