Crise migratoire: Exode syrien: Hollande veut une action d'ampleur
Publié

Crise migratoireExode syrien: Hollande veut une action d'ampleur

«L'urgence, elle est humanitaire», a déclaré François Hollande mardi. Le prédisent français a ouvert une conférence internationale à Paris.

La conférence est coprésidée par la France et la Jordanie.

La conférence est coprésidée par la France et la Jordanie.

AFP

L'exode des populations fuyant la Syrie et l'Irak ne cessera qu'avec une «action d'ampleur» et un soutien aux pays voisins qui les accueillent, a déclaré ce mardi François Hollande. Le président français a ouvert à Paris une conférence internationale sur les victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient.

«L'urgence, elle est humanitaire», a déclaré François Hollande, évoquant la situation dans les camps de réfugiés en Turquie, au Liban, en Irak et en Jordanie.

«Si nous n'aidons pas plus les pays qui accueillent, si nous ne soutenons pas davantage les familles qui sont dans ces camps de réfugiés ou dispersées dans les pays voisins, alors non seulement il y aura des drames (...) mais il y aura cet exode, cet exode qui ne cessera pas s'il n'y a pas une action d'ampleur», a-t-il ajouté.

Éviter que «Daesh ne gagne la partie»

Un «plan d'action» doit être adopté à l'issue de cette conférence. L'un des objectifs de cette conférence coprésidée par la France et la Jordanie est de «préparer et faciliter le retour volontaire et durable des déplacés», a précisé le chef de la diplomatie française Laurent Fabius sur RTL.

«C'est très difficile mais d'un autre côté, si tous ces réfugiés, et ce qu'on appelle les minorités, viennent en Europe ou ailleurs, ça veut dire que Daesh a gagné la partie», a-t-il ajouté.

La conférence de Paris, «c'est précisément pour essayer que le Moyen-Orient reste au Moyen-Orient (...) où il puisse y avoir aussi des chrétiens, des yézidis, etc», a-t-il dit. «Il est très important que cette notion de diversité au Moyen-Orient puisse être conservée».

M. Fabius a par ailleurs indiqué dans Le Parisien qu'il annoncerait ce mardi un nouvel effort financier de la France pour soutenir le Liban, la Jordanie, la Turquie et l'Irak, «qui supportent bien plus largement que nous le poids des réfugiés». Paris leur a déjà consacré près de 100 millions d'euros, précise-t-il.

(ats)

Votre opinion