79,1% de NON à l'initiative contre l’expérimentation animale
Actualisé

Votations du 13 févrierExpérimentation animale: le non massif des Suisses

Seuls 20% des votants ont soutenu le texte qui visait à faire cesser toutes les expériences en laboratoire sur les animaux.

L’idée de mettre fin à toute expérience sur les animaux dans le cadre de la recherche ou des études scientifiques n’a pas convaincu les citoyens suisses qui ont voté ce dimanche. Selon les résultats définitifs, 79,1% des votants ont refusé cette initiative populaire jugée trop extrême par ses opposants et la majorité de la classe politique.

Aucun canton n’a voté oui et le refus dépasse les 75% partout en Suisse romande. Genève a rejeté le texte à 75,8%, Vaud à 81,6%, le Valais à 81,4%, Fribourg à 79,3%, Neuchâtel à 77,6%, le Jura à 77,1% et Berne à 78,8%. La clarté du résultat a évidemment déçu les partisans de l’initiative. «C’est dommage, la Suisse aurait pu être le premier pays à interdire l’expérimentation animale», a commenté Renato Werndli, coprésident du comité d’initiative, à la RTS. «Je ne comprends pas que le peuple n’ait pas eu plus d’empathie envers les animaux qui continuent à souffrir.»

Economiesuisse a salué un «refus net» qui prouve «la confiance dans la recherche suisse». La fédération des entreprises suisse ajoute qu’elle «continuera à s’engager en faveur d’une réduction de l’expérimentation animale, mais estime que les interdictions radicales ne sont pas la bonne voie».

Pour le PS ce «non clair» est «réjouissant». Les socialistes estiment dans un communiqué que «l’interdiction inconditionnelle des expériences exigée par l’initiative était trop radicale et aurait posé des problèmes graves à la recherche et à la médecine en Suisse». Même son de cloche du côté du PLR qui écrit que les Suisses «ne se sont pas laissés berner par les manœuvres du comité d’initiative et ont veillé, par leur non, à ce que le pôle de recherche suisse préservé».

Les résultats commune par commune

Lancée en 2017 par des citoyens saint-gallois, l’initiative «Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine» proposait de mettre fin à l’expérimentation animale dans l’enseignement scientifique et dans la recherche fondamentale. Elle devrait être remplacée par des alternatives plus éthiques et moins coûteuses.

(jba)

Votre opinion

8 commentaires