Publié

Immeuble détruitExplosion de gaz meurtrière en République tchèque

Une explosion de gaz, qui a complètement détruit un immeuble d'habitation, dimanche, dans le centre de la ville de Frenstat-pod-Radhostem en République tchèque, a fait au moins cinq morts, dont trois enfants.

L'explosion a eu lieu dans la ville de Frenstat-pod-Radhostem en République tchèque.

L'explosion a eu lieu dans la ville de Frenstat-pod-Radhostem en République tchèque.

DR

Au moins cinq personnes dont trois enfants ont été tuées et onze autres blessées dans une explosion de gaz qui a complètement détruit un immeuble d'habitation, dimanche, dans le centre de la ville de Frenstat-pod-Radhostem, en République tchèque, ont annoncé les autorités locales. Une sixième personne est portée disparue.

«L'explosion a déjà fait cinq victimes», a indiqué le porte-parole des pompiers, Petr Kudela, cité par l'agence CTK. «Nous continuons à dégager les débris», a encore indiqué Petr Kudela, selon qui les travaux se poursuivront pendant toute la journée de lundi.

La puissante déflagration s'est produite dimanche en milieu de nuit, laissant sous le choc cette ville d'environ 10'000 habitants. Elle a été suivie par un incendie. «L'onde de pression a endommagé le toit de notre maison, située à 500 mètres du lieu de l'explosion», a indiqué une habitante de Frenstat-pod-Radhostem.

«Tout porte à croire qu'il s'agissait d'une explosion de gaz», a déclaré le directeur de la police régionale, Tomas Tuhy.

Dimanche matin, les sauveteurs ont retrouvé un homme mort. Environ vingt-quatre heures plus tard, ils ont découvert les corps de quatre autres victimes dont trois enfants, portées disparues depuis l'explosion.

Acte désespéré?

Deux blessés, une femme et un homme brûlés respectivement à 90% et à 50%, se trouvaient toujours dans un état critique dans la nuit de dimanche à lundi. Ils étaient maintenus en coma artificiel dans un hôpital à Ostrava, le chef-lieu de la région.

Trois autres enfants et un pompier figurent également parmi les blessés, a précisé le chef des services de sauvetage, Lukas Humpl.

Depuis dimanche matin, des rumeurs couraient à Frenstat-pod-Radhostem selon lesquelles la déflagration aurait été provoquée intentionnellement par un locataire de l'immeuble qui devait en être prochainement expulsé car il ne payait pas son loyer.

L'homme figure parmi les morts. Selon un témoignage relaté par les média, il manipulait des bouteilles de gaz avant l'explosion.

La police examine toutes les pistes, selon M. Tuhy. L'hypothèse d'un acte criminel «ne peut pas être écartée», selon lui.

(ats)

Ton opinion