21.02.2014 à 13:53

Voile,PREVExtreme Sailing Series - Alinghi s'envole, les Kiwis remontent (COMPTE RENDU)

Les Suisses d'Alinghi ont pris les commandes vendredi des Extreme Sailing Series (ESS) de Singapour, régates de catamarans d'une douzaine de mètres de long, à l'issue d'une journée au cours de laquelle ils ont gagné deux des huit manches et fini quatre fois 2e.

Les douze équipages (5 personnes par bateau, dont une femme) ont disputé huit régates dans un vent d'une douzaine de noeuds, aussi instable que jeudi mais avec des risées assez brutales qui ont failli provoquer plusieurs chavirages. L'Extreme 40 d'Alinghi, skippé par l'Américain Morgan Larson, a fait merveille dans ces conditions et a pris la tête du classement général provisoire, avec 21 points d'avance sur les Kiwis d'Emirates Team New Zealand (Dean Barker). Le deuxième bateau suisse, Realstone (Jérôme Clerc), a eu moins de réussite que la veille, finissant en 5e position derrière The Wave Muscat (3e/Leigh McMillan) et Groupama (4e/Franck Cammas). "Ca a été une journée difficile", a reconnu le coach de Groupama, Thierry Peponnet. L'équipage du bateau français a connu des soucis techniques (problème d'enrouleur de gennaker) et, malgré une victoire dans la toute dernière manche, "n'était pas dans le match aujourd'hui". "On a manqué de dynamisme sur les départs, a-t-il ajouté. On va analyser ça. Il faut être plus mobiles et plus réactifs. Là, on a subi". Groupama a en plus écopé d'une pénalité dans la 6e course pour ne pas avoir débarqué à temps un invité. Une réclamation a été déposée et sera examinée samedi matin. Les ESS de Singapour se poursuivent samedi et dimanche, avec théoriquement huit régates par jour. Les courses ont lieu dans Marina Bay, au pied de gratte-ciels rivalisant d'audace architecturale, sur des parcours extrêmement courts. Les manches ne durant qu'une dizaine de minutes, les équipages doivent anticiper en permanence et être parfaitement coordonnés. Dans ces conditions, le rôle du tacticien est capital car c'est à lui de repérer les risées qui balaient le plan d'eau. Il y a une part de loterie à chaque régate "mais à la fin de la journée les meilleurs sont devant", observe Peponnet. heg/dhe

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!