États-Unis - Face à Pékin, Biden reste dans les pas de Trump
Publié

États-UnisFace à Pékin, Biden reste dans les pas de Trump

Pour maintenir le leadership de son pays, l’actuel président américain passe par des stratégies parfois semblables à celles de son prédécesseur à la Maison blanche.

La semaine dernière, Joe Biden a, lui, allongé la liste des entités chinoises dans lesquelles il est interdit aux Américains d’investir. (Photo MANDEL NGAN / AFP)

La semaine dernière, Joe Biden a, lui, allongé la liste des entités chinoises dans lesquelles il est interdit aux Américains d’investir. (Photo MANDEL NGAN / AFP)

AFP

La politique commerciale et industrielle de Joe Biden à l’égard de la Chine est l’un des rares domaines d’entente avec son prédécesseur Donald Trump.

Maintien des tarifs douaniers, listes noires d’entreprises chinoises, le président américain pousse désormais au Congrès un plan d’investissements dans la recherche et développement, présenté comme «historique», pour s’assurer que les États-Unis restent le champion mondial. Le texte a été adopté mardi par le Sénat.

Quels sont les enjeux?

Pékin a depuis longtemps gagné la bataille de l’industrie manufacturière même si Joe Biden, comme Donald Trump auparavant, affirme pouvoir faire revenir les outils de production industrielle aux États-Unis, en tout cas s’agissant de produits stratégiques comme les puces informatiques ou les composants pharmaceutiques.

Avec son plan «Fabriqué en Chine 2025» lancé il y a six ans, la Chine entend dominer les technologies de demain. Les États-Unis comptent, eux, défendre le leadership de leurs champions nationaux.

Au-delà de la domination économique, les démocrates comme les républicains redoutent que la Chine, qui fait déjà la course en tête dans la technologie 5G, future génération ultrarapide de l’internet mobile, ne compromette la sécurité nationale du pays. La 5G va permettre à des milliards de données de circuler simultanément sans engorgement, avec un risque majeur de piratage des secrets industriels, d’informations privées ou d’actes de malveillance perturbant tout un réseau.

L’administration Trump mettait déjà en avant la possibilité que Pékin puisse couper les télécommunications américaines. Avec les actes de malveillance technologique qui se sont multipliés ces derniers mois, ce risque est plus que jamais dans l’esprit des démocrates comme des républicains.

Liste noire

C’est au nom de la protection de la sécurité du pays que Donald Trump avait interdit aux réseaux de télécommunications américains de se fournir auprès de sociétés étrangères jugées à risque, ciblant en particulier le géant chinois Huawei.

La semaine dernière, Joe Biden a, lui, allongé la liste des entités chinoises dans lesquelles il est interdit aux Américains d’investir. Pour cela, il a amendé un décret de Donald Trump pour y inclure des entreprises chinoises impliquées dans des technologies de surveillance susceptibles d’être utilisées non seulement en Chine contre la minorité musulmane des Ouïgours et les dissidents, mais encore dans le monde entier.

Droits de douane

L’administration Trump avait mis en place des droits de douane punitifs sur des centaines de milliards de dollars de marchandises importées de Chine.

Pour l’heure, l’administration Biden ne les a pas levés. La représentante américaine au Commerce, Katherine Tai, ne s’en cache pas: ces tarifs douaniers constituent un moyen de pression sur le partenaire chinois.

Utiliser la même stratégie que la Chine?

La Chine subventionne à tout va ses entreprises et investit massivement. Le plan américain, qui a été adopté mardi au Sénat avant d’être soumis au vote à la Chambre des représentants, prévoit de favoriser les entreprises américaines, la production locale et donc l’emploi américain.

Au total, 52 milliards de dollars doivent être investis sur cinq ans pour inciter les entreprises à fabriquer des semi-conducteurs aux États-Unis, ainsi que pour développer la recherche et développement dans ce domaine. Elle inclut également une enveloppe de 1,5 milliard de dollars pour le développement de la 5G.

Quelle relation commerciale à l’avenir?

Donald Trump avait considérablement crispé les relations diplomatiques entre les deux pays, mais les deux économies restent encore très interconnectées.

Leurs échanges commerciaux se sont certes réduits en raison de la guerre commerciale et de la pandémie de Covid-19. La question est de savoir si les deux plus grandes économies du monde vont amorcer un véritable découplage.

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire