Pays-Bas – Face aux mesures sanitaires, la culture a accueilli des salons de coiffure
Publié

Pays-BasFace aux mesures sanitaires, la culture a accueilli des salons de coiffure

Les Néerlandais vivent avec de très strictes mesures anti-Covid. Très remonté, mercredi, le secteur culturel a opéré une mue: on pouvait se faire faire les ongles devant un van Gogh.

Coiffeurs et barbiers ont installé leurs fauteuils au milieu des musiciens, sur la scène du Concertgebouw, salle de concert la plus importante d’Amsterdam.

Coiffeurs et barbiers ont installé leurs fauteuils au milieu des musiciens, sur la scène du Concertgebouw, salle de concert la plus importante d’Amsterdam.

REUTERS

Mercredi, des dizaines de musées et lieux de concert néerlandais se sont temporairement transformés en salons de coiffure et en salles de sport aux Pays-Bas afin de protester contre les restrictions sanitaires imposées au secteur culturel.

Un barbier et deux artistes des ongles ont pris soin de visiteurs placés au milieu d’œuvres d’art de valeurs inestimables au musée Van Gogh, à Amsterdam, tandis que deux barbiers ont installé leurs fauteuils sur la scène du Concertgebouw, salle de concert la plus importante de la capitale.

Secteur culturel mal loti

Le secteur culturel estime injuste de devoir rester fermé alors que les restrictions ont été levées, la semaine dernière, pour les magasins et les «professions de contact» comme les barbiers, les salons de manucure et même le travail du sexe.

Les autorités néerlandaises ont remis des avertissements à certains des 70 sites qui ont participé à l’action de la journée. «Nous voulions faire comprendre qu’une visite à un musée est sûre et que nous devons être ouverts», a justifié la directrice du musée Van Gogh, Emilie Gordenker. «Nous nous attendons à recevoir un avertissement à un moment donné, après quoi nous devrons fermer, mais nous voulions vraiment faire valoir ce point.»

L’un des clients du barbier a déclaré être venu pour défendre la culture. «Je pense que les grandes institutions comme les grands espaces ouverts, comme le musée Van Gogh devraient pouvoir rouvrir», a souligné Max Smit, 32 ans, estimant la prise de risque «raisonnable» vis-à-vis de la pandémie.

Du fitness à côté d’un tableau de Vermeer

À proximité, l’événement «Salon de coiffure au Concertgebouw» a vu deux barbiers masqués se couper les cheveux sur scène, tandis que l’orchestre jouait la «Symphonie n° 2» de Charles Iver. «Après deux ans de patience et une attitude toujours constructive, il est grand temps d’avoir une perspective juste pour le secteur culturel», a déclaré le directeur du Concertgebouw, Simon Renink.

Des cours de fitness ont été donnés au musée Mauritshuis, à La Haye, qui abrite la célèbre «Jeune Fille à la perle» de Vermeer.

La manifestation fait suite à des actions de désobéissance civile dans des bars et des restaurants des Pays-Bas, excédés par les mesures Covid, parmi les plus strictes d’Europe. Des cafés ont ouvert dans plusieurs villes ce week-end, malgré l’annonce, vendredi, par le gouvernement, qu’ils devaient rester fermés au moins jusqu’au 25 janvier. Le gouvernement invoque une nécessité de prudence, car si les hospitalisations diminuent, les contaminations par le variant Omicron battent des records.

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire