Football: Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais
Publié

FootballFaites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais

A La Pontaise, dimanche, des pontes de l'ASF ont eu une curieuse définition de la règle des deux mètres.

par
Sport-Center
Pierluigi Tami, Dominique Blanc et Vladimir Petkovic et la distanciation sociale.

Pierluigi Tami, Dominique Blanc et Vladimir Petkovic et la distanciation sociale.

Capture écran RTS2

Comment symboliser la citation de Saint Matthieu «Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais»?

Tout simple: dimanche après-midi, à l’occasion du quart de finale de Coupe de Suisse entre Lausanne et Bâle, il suffisait de lorgner la tribune principale du Stade de la Pontaise pour en obtenir une définition idoine.

Captée par les caméras et diffusée sur les chaînes de télévision nationale, l’image montre Pierluigi Tami (directeur des équipes nationales), Dominique Blanc (président de l’ASF), un fonctionnaire de l’ASF et Vladimir Petkovic (sélectionneur de l’équipe de Suisse) en pleine discussion avant le début de la partie.

Plus tôt dans la semaine, la Swiss Football League avait publié un document de 23 pages nommé «Concept de protection Covid-19 pour la reprise de la compétition de la SFL».

A l’article 8.2 intitulé «Mesures d’hygiène dans les zones du stade», on lit: «Une distance de 2 mètres doit être maintenue entre les personnes dans tout le stade. Si cela ne peut être garanti, le port d'un masque d'hygiène est obligatoire.»

A moins que nos yeux nous trahissent, il semble qu'on ne prend pas de gros risque en affirmant que, contrairement au sélectionneur neuchâtelois du Kosovo Bernard Challandes (en haut du cliché), ces pontes du football suisse sont séparés par moins de deux mètres et ne portent pas de masque.

Ces personnalités pourront toujours rétorquer que le règlement susmentionné a été établi par la Swiss Football League et qu’un match de Coupe de Suisse est placé sous l’égide de l’ASF.

Soit.

Mais, le cas échéant, cela serait de la mauvaise foi.

Emmanuel Favre

Votre opinion