Colombie: FARC: fin des discussions avec l'opposition
Actualisé

ColombieFARC: fin des discussions avec l'opposition

Les discussions avec les opposants à l'accord de paix avec les FARC ont pris fin jeudi avec de nouvelles propositions.

1 / 147
Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Keystone
La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

AFP
La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

AFP

Les discussions entre le gouvernement colombien et les opposants à l'accord de paix avec les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) se sont achevées jeudi sur de nouvelles propositions qui seront présentées à la guérilla vendredi, afin de tenter de mettre fin à un demi-siècle de conflit armé.

«Les plus de 400 propositions reçues ont été organisées en 60 axes thématiques pour lesquels les représentants du +non+ ont détaillé leurs différentes suggestions», a déclaré à la presse le ministre de l'Intérieur Juan Fernando Cristo.

Un document a ainsi été établi, dans lequel ont été identifiés les points de l'accord de paix qui nécessitent selon les opposants des précisions et des modifications, a indiqué Juan Fernando Cristo.

Texte présenté vendredi à Cuba

Ce texte sera présenté vendredi aux FARC à Cuba, pays garant du processus de paix, par une équipe de négociateurs menée par le Haut commissaire pour la paix, Sergio Jaramillo.

Le chef négociateur du gouvernement, Humberto de la Calle, restera lui à Bogota pour s'entretenir samedi avec le président Santos, de retour d'un voyage d'Etat au Royaume-Uni. Le président Santos a été couronné prix Nobel de la paix 2016 pour ses efforts en vue de la fin d'une guerre fratricide qui a fait plus de 300'000 morts et disparus.

Le chef de l'Etat a organisé des réunions avec les représentants de l'opposition après que ceux-ci ont obtenu la victoire du «Non» lors du référendum du 2 octobre sur l'accord de paix signé avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, marxistes), la principale guérilla du pays, à l'issue de presque quatre ans de pourparlers de paix.

Les opposants contre l'«impunité totale» pour les FARC

Après que les électeurs colombiens ont, d'une courte majorité, rejeté ce texte signé le 26 septembre, Juan Manuel Santos avait notamment reçu le leader de l'opposition, son prédécesseur de droite à la présidence, l'actuel sénateur Alvaro Uribe.

Les opposants à l'accord avec les FARC dénoncent principalement l'«impunité totale» dont bénéficieraient, selon eux, des guérilleros responsables de crimes graves, ainsi que leur éligibilité politique.

Au fil des décennies, le complexe conflit armé colombien a impliqué les Farc, issues en 1964 d'une insurrection paysanne, mais aussi d'autres guérillas d'extrême gauche, des milices paramilitaires d'extrême droite et les forces armées. Il a fait plus de 260'000 morts, 45'000 disparus et 6,9 millions de déplacés par la violence.

(AFP)

Votre opinion