Colombie: Farc: il y a plus de guérilleros que prévu
Publié

ColombieFarc: il y a plus de guérilleros que prévu

Le président colombien estime que le nombre de Farc est d'environ 7000, soit 700 de plus que prévu.

1 / 147
Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Keystone
La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

AFP
La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

AFP

Le président colombien Juan Manuel Santos a déclaré jeudi que le nombre de guérilleros des Farc serait de près de 7000, selon les derniers rapports, soit environ 700 de plus que les derniers chiffres communiqués par les autorités.

«Il y a 6300 membres des Farc déjà présents dans les zones (de désarmement), 117 qui participent au mécanisme tripartite avec l'ONU, et 543 en mouvement, ce qui fait 7000 membres», a déclaré Juan Manuel Santos à la presse.

«J'espère que ces 500 (membres) arrivent dans les prochains jours» dans les 26 zones de Colombie où les guérilleros doivent déposer leurs armes dans les six mois, sous supervision de l'ONU, et préparer leur retour à la vie civile, a-t-il ajouté.

Juan Manuel Santos et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) ont signé un accord de paix en novembre, à l'issue de quatre ans de négociations délocalisées à Cuba.

Contrôle très strict

La semaine dernière, le gouvernement avait estimé qu'au total 6300 guérilleros allaient rejoindre les zones de désarmement.

La fin du rassemblement des troupes de la plus ancienne et importante guérilla de Colombie était à l'origine prévu avant le 31 décembre. Mais il a été retardé par des problèmes logistiques et n'a finalement commencé qu'il y a dix jours.

Le chef de l'Etat a ajouté jeudi qu'environ 65'000 membres des forces militaires et de la police avaient été déployés dans les secteurs jusque là occupés par les Farc, afin de prévenir leur prise de contrôle par d'autres groupes armés clandestins. La sécurité autour des zones de désarmement de la guérilla étant assurée par 15'000 autres agents de l'Etat.

Jose Manuel Santos a par ailleurs assuré que le gouvernement avait mis en place «un contrôle très strict» pour freiner une récente vague de violences qui préoccupe la guérilla, et s'est notamment traduite par l'assassinat de 11 leaders d'associations et défenseurs de droits depuis le début de l'année.

La Colombie, qui a lancé cette semaine des pourparlers de paix avec la dernière rébellion active sur le territoire colombien, l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste), entend mettre fin à un conflit armé de plus d'un demi-siècle, qui a impliqué une trentaine de guérillas, des paramilitaires et les forces de l'ordre, faisant au moins 260'000 morts, plus de 60'000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

(AFP)

Votre opinion