Hockey sur glace: Fasel: «Pour la Suisse, le plus simple serait 2026»
Publié

Hockey sur glaceFasel: «Pour la Suisse, le plus simple serait 2026»

Après l'annulation des Mondiaux 2020 prévus à Zurich et à Lausanne, le réaménagement du calendrier est un casse-tête.

par
Sport-Center
Pour René Fasel, il n'est pas évident de réaménager le calendrier des Mondiaux pour permettre à la Suisse d'y trouver rapidement une place.

Pour René Fasel, il n'est pas évident de réaménager le calendrier des Mondiaux pour permettre à la Suisse d'y trouver rapidement une place.

Keystone

La Fédération internationale (IIHF) l'avait annoncé le 21 mars: prévus à Zurich et à Lausanne, les Mondiaux 2020 étaient annulés. Mais l'idée d'offrir une nouvelle fenêtre d'organisation à Swiss Ice Hockey avait été évoquée par le président René Fasel.

Un mois plus tard, le dossier a avancé, mais peut-être pas aussi rapidement qu'espéré. La faute à une impossibilité de réunir tous les acteurs autour d'une même table. La faute aussi à la complexité de la situation puisque les organisateurs des Championnats du monde de 2021 (la Biélorussie et la Lettonie) et de 2022 (la Finlande) ont déjà signé un contrat avec l'IIHF. «Sur le fond, ces nations ne sont pas opposées à l'idée de décaler d'une année la tenue de l'événement, explique René Fasel. Mais elles souhaitent obtenir une compensation financière pour les frais déjà engagés.» Le comité d'organisation des Mondiaux en Suisse se prononcera lundi sur l'option qu'elle favorise. 2021? 2022? 2023? Plus tard? Rappelons que l'IIHF a déjà attribué les tournois jusqu'en 2025.

Les conséquences d'un effet ricochet

Thèse véhiculée par plusieurs médias, 2023 est-elle la plus plausible? «Cette possibilité existe, reprend Fasel. Elle serait moins compliquée à concrétiser que les deux premières car nous n'avons pas ratifié l'entente avec la Russie, à qui le Congrès avait confié l'organisation de la manifestation.» Mais quelles seraient les conséquences d'un effet ricochet pour toutes les Fédérations impliquées dans un processus d'organisation? Qui hériterait des joutes en 2022, année olympique où l'intérêt a tendance à décroître si la NHL envoie ses hockeyeurs aux Jeux? «Cela fait partie des nombreux problèmes à résoudre», note le président. Qui glisse: «Pour la Suisse, le plus simple, serait 2026, la prochaine année libre au calendrier.» Une année olympique aussi.

La prolongation présidentielle

Alors que son mandat présidentiel entamé en 1994 aurait dû se terminer en mai, René Fasel s'est accommodé du fait de disputer une prolongation. «Peut-être jusqu'en juin, mais quand je vois que beaucoup de compagnies aériennes ne volent plus, je pense qu'il va être difficile de réunir les membres du Congrès pour procéder à une élection. Peut-être jusqu'en septembre ou peut-être jusqu'en mai 2021.»

Dans l'intervalle, il réitère sa volonté de rembourser intégralement tous les billets (317'000) acquis pour les Mondiaux 2020. «Les discussions avec les assurances avancent. J'espère que ce dossier sera réglé pour l'été.»

Emmanuel Favre

Votre opinion