Actualisé 20.09.2020 à 17:09

JuraFauché mortellement par un cycliste: le village sous le choc

L’homme de 81 ans tué sur le coup samedi en traversant la route devant chez lui à Glovelier se réjouissait de retrouver sa bien-aimée ce dimanche. Ses voisins disent toute leur émotion.

par
Vincent Donzé
1 / 7
Le cheminot retraité a traversé la route comme des milliers de fois pour récupérer quelque chose dans sa voiture ou son hangar.

Le cheminot retraité a traversé la route comme des milliers de fois pour récupérer quelque chose dans sa voiture ou son hangar.

Lematin.ch/Vincent Donzé
Le marquage au sol détaille un choc d’une extrême violence, à l’entrée de Glovelier (JU).

Le marquage au sol détaille un choc d’une extrême violence, à l’entrée de Glovelier (JU).

Lematin.ch/Vincent Do Donzé
La collision s’est produite au bas d’une longue descente, sur la route de Saulcy.

La collision s’est produite au bas d’une longue descente, sur la route de Saulcy.

Lematin.ch/Vincent Donzé

À la route de Saulcy, au pied des Franches-Montagnes, Jean-Pierre avait un cadeau à confectionner, samedi après-midi. Ce cheminot retraité voulait faire d’une lanterne CFF un bel objet de lumière, lui qui travaillait sur les aiguillages. À sa demande, son voisin Willy lui a prêté main-forte en prolongeant l’après-midi. Mais cinq minutes après être rentré chez lui, Willy a entendu sa femme hurler: «C’est grave, viens voir, Jean-Pierre est mort!»

Que s’est-il passé à la route de Saulcy, au bas d’une longue et grisante descente? Après le départ de Willy, qui a décliné une seconde «petite bière», Jean-Pierre a traversé la route pour chercher quelque chose dans son étable ou dans sa voiture parquée devant. En revenant chez lui, un aller-retour qu’il effectue depuis son enfance, il a été percuté par un cycliste avec une violence inouïe.

Dernière discussion

«En voyant trois litres de sang sur le bitume, j’ai compris», dit son voisin. Alerté par sa femme, Willy s’est fait rabrouer par un policier qui jugeait sa présence indésirable. Dimanche matin, il se remémorait leur dernière discussion: «Nous avons parlé de la restauration du village médiéval de St-Ursanne, en comparant l’avant et l’après. Et des fermes du Haut-Doubs», rapporte-t-il.

Vieux garçon, Jean-Pierre prévoyait de retrouver ce dimanche sa bien-aimée rencontrée sur le tard. «Il se réjouissait de pouvoir aller la chercher dans son EMS, pour la première fois depuis le confinement», raconte sa voisine.

La réunion des deux aînés n’a pas eu lieu. «Je balayais devant chez moi quand j’ai entendu un choc. Je me suis retournée et j’ai vu deux corps étendus. Je me suis dit: c’est le Jean-Pierre qui a traversé la route sans regarder», témoigne la voisine la plus proche.

«Son visage était fracassé»

À 17 h 05, les premiers arrivés sur les lieux ont compris que porter secours à Jean-Pierre était inutile. Le cycliste, par contre, avait un urgent besoin d’aide: «Son visage était fracassé», dit une témoin. Pris en charge par la Rega, il a été héliporté à Bâle.

Selon la police jurassienne, Jean-Pierre traversait la route de droite à gauche par rapport au sens de déplacement du cycliste. «Il se déplaçait lentement, comment se fait-il que le cycliste ne l’ait pas vu?» s’interrogent les riverains.

Limitation à 50 km/h

Le cycliste roulait-il trop vite, peu après le panneau de limitation à 50 km/h? L’accusation formulée par des curieux passés sur place est désamorcée par la fille des voisins, qui roule à vélo: «Dans cette descente, impossible de s’arrêter net, même à 30 km/h».

«Le choc est survenu au milieu de la route. À moins d’avoir la tête dans le guidon. le cycliste doit l’avoir vu, sur cette route rectiligne», insiste une parente. «Attention à ne pas accabler un cycliste qui ne roulait pas en vélo de course, mais qui pratiquait du cyclotourisme», nuance celle qui a appelé les secours.

Jean-Pierre était vieux garçon: sa maison est désormais vide.

Jean-Pierre était vieux garçon: sa maison est désormais vide.

Lematin.ch/Vincent Donzé


Le premier arrivé sur place, c’est un gendarme de Saulcy, en civil. Samedi soir, la gendarmerie jurassienne a lancé un appel à témoins. «Des témoins, il n’y en a pas», tranche une voisine. Le sentiment qui prévaut à Glovelier, c’est la tristesse de perdre une figure villageoise, un cheminot qui aimait rôder en voiture, qui connaissait l’Alsace comme sa poche.

Jean-Pierre fleurissait sa maison, au bord de la route menant à Saulcy. Sa bâtisse, il en a hérité côté paternel. Son chemin de vie n’a pas de secret pour ses voisins, qui se remémorent avec effroi un accident survenu à Glovelier il y a plus d’un demi-siècle: «Sa tante est morte à vélo en percutant un piéton, un soir de Toussaint».

Quand son frère cadet est mort d’une crise cardiaque au volant de sa voiture, avant de percuter un arbre, Jean-Pierre a trouvé la vie injuste. Lui est mort un an plus tard, en traversant la route devant chez lui, comme il le faisait depuis son enfance.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
49 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Cervélo

21.09.2020 à 17:25

Quand je lis la majorité des commentaires ça m'attriste...Toujours la faute aux cyclistes de toute façon... Les cyclistes sont toujours les inconscients responsables des accidents de la route c'est bien connu... Aux personnes qui disent que les cyclistes sont tous dangereux : essayer de monter sur un vélo au moins une fois dans votre vie, et vous changerez sûrement d'avis... Entre l'automobiliste et le cycliste. Certes certains cyclistes surtout en ville peuvent parfois avoir un comportement dangereux mais ne pas faire de généralité. Sans passage piéton il faut faire attention avant de traverser la route car bien évidemment un cycliste ira à 80km/h voire dans une descente si ce n'est pas limité ! Donc quand les piétons traversent la route pensaient qu'un vélo de route peut aller aussi vite qu'une moto. On traverse seulement si on ne voit rien au loin. Au piéton de s'adapter car si le piéton traverse juste avant, le vélo ne peut pas s'arrêter brusquement! Priorité aux vélos sur la route

Gagx

21.09.2020 à 12:34

Pourquoi toujours incriminer au lieu de responsabiliser ? Tu traverses dans regarder tu meurs c'est ta faute. Point barre. A toujours vouloir assister et deresponsabilser les gens on va vers une société d'abruti qui veulent qu'on réfléchissent à leur place. Le vélo ne va pas se mettre a rouler à 10kmh dès qu'il approche qcq... Logique...

Dallas

21.09.2020 à 12:01

Etait-il nécessaire de transformé ce fait divers tragique en roman feuilleton ? Un peu de simplicité et de discrétion auraient été les bienvenues, je pense.