Suisse – Faut-il s’inquiéter du variant découvert en France?
Publié

SuisseFaut-il s’inquiéter du variant découvert en France?

L’équipe du professeur Didier Raoult à Marseille a mis en évidence un nouveau variant originaire sans doute du Cameroun. Du côté de l’OFSP, on surveille mais on relativise.

par
Christine Talos
Le nouveau variant «français» ne préoccupe pour l’instant pas l’OFSP.

Le nouveau variant «français» ne préoccupe pour l’instant pas l’OFSP.

AFP

Un nouveau variant du Covid a été découvert dans le sud de la France début décembre par les chercheurs de l’IHU Méditerranée Infection à Marseille, un établissement dirigé par le professeur Didier Raoult. Doté de 46 mutations sur la protéine Spike, il a été détecté chez douze personnes dans la région des Alpes-de-Haute-Provence et serait originaire du Cameroun. La découverte a été prépubliée le 29 décembre et doit encore être avalisée par la communauté scientifique. Mais pour l’instant, ce nouveau variant, baptisé provisoirement B.1.640.2, n’inquiète guère l’OFSP.

En effet, interrogée mardi lors du traditionnel point presse de l’Office fédéral de la santé publique, la vice-présidente de la Task force scientifique de la Confédération, la professeure Samia Hurst, ne s’en est guère émue. «Ce variant a effectivement un certain nombre de mutations que l’on voit typiquement dans les variants concernants», a-t-elle expliqué. «Mais il n’a pas l’air de se propager pour le moment. Il semble donc être un de ces variants, parmi beaucoup d’autres dont on n’entend pas parler car ils n’émergent pas», a-t-elle poursuivi.

«Il doit être surveillé»

Selon Samia Hurst, ce variant «français» n’a en tout cas pas l’air de prévaloir contre Omicron et Delta pour le moment. «Il doit être surveillé, comme d’autres variants semblables, mais il ne semblerait pas qu’il y ait des raisons d’être particulièrement inquiet face à celui-là aujourd’hui», a-t-elle estimé.

À noter que la mutation d’un virus est un processus naturel qui lui permet d’assurer sa survie. Et les variants qui surgissent sont alors classés en plusieurs catégories. À savoir les préoccupants, comme Delta ou Omicron, les variants d’intérêt, comme le Lambda et le Mu, et les variants sous surveillance, comme le variant breton en mars dernier. Le nouvel arrivant semblerait donc plutôt se diriger dans la 3e catégorie pour le moment.

Votre opinion

24 commentaires