France: Faux parfums mais vraies valises de billets menées en Suisse
Actualisé

FranceFaux parfums mais vraies valises de billets menées en Suisse

Un couple de contrebandiers appréciant particulièrement les banques helvétiques a été condamné pour recel et escroquerie.

par
R.M.
L'accusé a reconnu au moins trois voyages vers la Suisse avec des valises pleines de liquide.

L'accusé a reconnu au moins trois voyages vers la Suisse avec des valises pleines de liquide.

iStock

Mercredi, un ingénieur français s’est retrouvé devant le tribunal correctionnel de Pontoise, au nord-ouest de Paris. Son épouse, enseignante, était jugée également mais était absente. Le couple était jugé pour de «la contrebande en famille de faux parfums qui rapportait assez pour emporter des valises de billets en Suisse», révèle «Le Parisien».

Une petite entreprise frauduleuse qui a pris fin en décembre 2013, suite à un «renseignement anonyme», écrit le quotidien français. Les douaniers avaient alors déniché dans un box d’Éragny-sur-Oise 7873 flacons de parfums contrefaits! Valeur estimée: 700 000 euros, soit quelque 780 000 francs.

Une discussion «surréaliste»

L’enquête qui a suivi a permis de déterminer que le couple avait monté une société qui achetait les contrefaçons de parfums de grandes marques en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. Puis les revendait, en ligne à des particuliers ou via un réseau de clients.

À l’époque des faits, le couple jonglait avec les comptes en banque et menait un joli train de vie: voyages à New York, à Québec, séjours au ski, etc.

L’enquête, relate «Le Parisien», «a pris un tour surréaliste lorsque les enquêteurs ont retrouvé dans le portable de l’accusé une conversation de 45 minutes enregistrée par mégarde… avec un banquier suisse». «Est-ce que la France saura si j’ai un compte en Suisse?» avait demandé le prévenu au banquier, précisant qu’il avait déjà rendez-vous avec «deux fiduciaires suisses». Puis il lui avait proposé de «monter une société offshore pour augmenter les bénéfices».

«J’ai fait beaucoup d’erreurs»

Le quotidien ajoute encore qu’on entendait le banquier suisse lui demander comment il allait amener l’argent. «Par le train», avait-il rétorqué. Ce qu’il a admis avoir fait devant la justice: «trois voyages avec 30 000 à 40 000 euros dans la valise à chaque fois».

Le couple a finalement été condamné pour recel et escroquerie. Monsieur à une peine de 2 ans de prison avec sursis assortie d’une interdiction de gérer une entreprise, d’une amende de 40 000 euros et d’une saisie de 16 000 euros supplémentaire. Madame à 8 mois avec sursis.

«J’ai fait beaucoup d’erreurs. Je veux rentrer dans le droit chemin», a assuré l’ancien contrebandier. Mais, glisse «Le Parisien», il reste mis en examen dans un autre dossier lié à des parfums.

Votre opinion